Imprimer
Les juifs de la Manche sous l'Occupation, 1940-1944

Les juifs de la Manche sous l'Occupation, 1940-1944


 Une exposition des Archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche

Jean-Baptise Auzel, directeur des archives départementales

 

Textes et recherches :
Olivier Jouault (service éducatif des Archives de la Manche), les élèves du collège Gambetta (Carentan-les-Marais)

Conception graphique et intégration des contenus : Jérémie Halais


Famille Albalgli

Famille Albalgli

Rachel et Vitali Albagli en 1938 (Mémorial de la Shoah).

Une famille turque réfugiée

Étrangers mais turcs

Vitali et Rachel Albagli sont originaires de Turquie. Ils ont une fille, Michèle, née à Paris en février 1939. En novembre 1940, ils viennent se réfugier à l’Hôtel du Cheval Blanc à Mortain où Vitali séjournait lorsqu’il fréquentait les marchés de la région, alors qu’il était marchand de tissus. Lorsque son affaire est liquidée sur ordre de l’administration française, Vitali est embauché comme mineur à la mine de fer du Neufbourg.

Sa nationalité turque leur permet d’échapper, lui et sa famille, à l’obligation de porter l’étoile jaune à partir de juin 1942, ainsi qu’aux premières arrestations de Juifs étrangers résidant dans le département.

La troisième rafle

Mais le 22 octobre 1943, le délai accordé à la Turquie pour rapatrier ses sujets a expiré. Ils sont arrêtés par les Allemands à l’occasion d’une rafl e qui touche 16 personnes dans le  département, toutes françaises. Le lendemain, ils sont conduits à la prison de Saint-Lô. Michone Hadine, 40 ans, d’origine turque également, marié à une saint-loise et réfugié auprès de sa belle-famille, est interpellé lui aussi le 23 octobre.

Le 29 octobre 1943, encadrés par des gendarmes français, Vitali, Rachel et leur petite Michèle, sont convoyés au camp de transit de Drancy, en compagnie de 13 autres Juifs arrêtés les 22 et 23 octobre.

Si la plupart sont déportés à Auschwitz peu de temps après, les Turcs ne quittent la France que le 20 janvier 1944, dans le convoi 66. Ils ont séjourné à Drancy plusieurs mois en raison, sans doute, de l’examen de leur situation.

Le convoi 66 part de la gare de Paris-Bobigny avec 1 153 déportés dont 110 enfants de moins de 12 ans. Il entre dans le camp d’Auschwitz dans la nuit du 22 au 23 janvier 1944. 236 hommes et 55 femmes sont sélectionnés pour les travaux forcés et tatoués. Le reste du convoi est gazé dès son arrivée. La mort de Vitali, Rachel et Michèle est fixée au 25 janvier 1944. Michèle allait avoir 5 ans la semaine suivante.

Fiche de renseignement (Archives de la Manche, direction départementale des renseignments généraux, 1580 W 30).Michèle Albagli au milieu de deux camarades, à Mortain, s.d. (coll. Mémorial de la Shoah).

Plus d’un tiers des Juifs turcs quittent leur pays au cours des années 1920 et 1930 en raison des difficultés économiques et de la crispation nationaliste, encourageant l’antisémitisme. Neutre en 1939, la Turquie est courtisée par l’Allemagne nazie, afin qu’elle rejoigne l’Axe contre les Britanniques et les Soviétiques. Aussi le Reich ménage-t-il les citoyens turcs, allant au-delà des attentes de leur gouvernement qui a privé de leur nationalité, et donc de sa protection, la majorité des émigrés.
En octobre 1942, l’Allemagne nazie invite les pays neutres et pays de l’Axe à rapatrier leurs ressortissants des territoires occupés avant la fin de l’année, pour leur éviter d’être "intégrés aux mesures générales sur les Juifs". Berlin adresse à Ankara des listes nominatives de 4 000 à 5 000 de ses ressortissants juifs, pour la seule zone nord de la France, en leur demandant de les « rapatrier », mais la Turquie n’entreprend rien avant mars 1943, rapatriant seulement 114 "citoyens réguliers".
Malgré l’indifférence du gouvernement turc, les nazis prolongent leur ultimatum jusqu’au 10 octobre 1943. Au moins 1 600 Juifs d’origine turque furent déportés de France dans les camps d’extermination.


La famille Belzidsky

La famille Belzidsky

David Belzidsky; coiffeur de son bataillon à Saint-Lô, 1939 (coll. part.).

Juifs malgré eux

Cordonniers, 28 rue de l'Union à Cherbourg

Bernard et Sarah Belzidsky, Polonais naturalisés Français en 1928, ont quatre enfants, nés à Paris, lorsqu’ils s’établissent cordonniers à Cherbourg en 1933. Un cinquième,
Gisèle, naît dans le Cotentin en septembre 1933. L’aîné, David, fonde un salon de coiffure à Beaumont-Hague en 1935. Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé ainsi que son frère Samuel, qui sera fait prisonnier.

Un coiffeur déterminé

Sarah se réfugie en 1940, en compagnie de ses trois filles, à Beaumont. Blessé en mai 1940, David est amputé d’une jambe. Il ne rejoint Beaumont qu’en février 1941. Jusqu’à son départ, il va s’opposer aux mesures discriminatoires édictées par l’occupant et le régime de Vichy, retirant de la vitrine de son salon l’affiche « Entreprise juive », refusant de se présenter quotidiennement à la gendarmerie (juin 1941) et de livrer son poste de radio (août 1941). Interdit d’exercer son métier de coiffeur depuis avril 1941, il continue pourtant jusqu’en décembre 1942, au moins.

Arrêtées pour non port de l'étoile

Lorsque les Allemands imposent le port de l’étoile jaune aux Juifs de la zone occupée, en juin 1942, Sarah quitte Beaumont avec ses trois filles pour Paris. Le sous-préfet de Cherbourg signale alors au préfet qu’elles sont parties sans retirer leurs insignes.

En conséquence, le 16 juillet 1942, Sarah et Annette, l’aînée des filles, 21 ans, sont arrêtées par les Allemands et conduites au fort de Romainville. Annette parvient à s’évader d’un sanatorium où elle avait été évacuée, mais Sarah est déportée en février 1943 à Auschwitz, dans le convoi 47, comprise dans un sous-convoi de 16 Français ayant enfreint les règlements ou suspectés d’actes de résistance. À l’arrivée, 52 femmes sur 420 sont sélectionnées pour travailler, les autres, dont Sarah, 47 ans, sont gazées sur le champ.

Un autre Manchois, Maurice Katz, peintre à Cherbourg et arrêté en Gironde avec son épouse et sa fille, est déporté dans le même convoi.

Auprès du maréchal Pétain

David confie la plus jeune de ses soeurs aux religieuses de la Bucaille, à Cherbourg, qui la protégeront jusqu’à la fin de la guerre. Marié depuis juin 1942, il parvient à rejoindre la zone sud en 1943 et devient garçon coiffeur à Vichy, capitale du gouvernement français collaborateur. Une fille, Martine, y naît le 30 mai 1944. Français, ancien combattant mutilé et médaillé, époux d’une catholique, David est plus en sécurité à Vichy qu’en Normandie. Lorsque le pays est libéré, David regagne Beaumont et
retrouve son salon que l’administration française n’avait pas réussi à vendre.

Courrier du Commissariat général aux questions juives adressé à David Belzidsky, 24 novembre 1941 (coll. part.)Signalement par le maire de Beaumont-Hague, 14 juin 1941 (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 1012 W 171).Instructions préfectorales relatives à "l'insigne spécial", 2 juin 1942 (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).

Le 29 mai 1942, la 8e ordonnance allemande prescrit le port de l’étoile jaune aux Juifs de plus de six ans en zone occupée, à partir du 7 juin 1942. En échange d’un point de sa carte de textile, chaque Juif doit recevoir trois étoiles. Elle devra être portée bien visiblement sur le côté gauche de la poitrine, solidement cousue. Bien que le gouvernement de Vichy ait refusé de promulguer une loi imposant le port de l’étoile sur son territoire, l’administration et les forces de l’ordre françaises sont en charge de la délivrance des insignes et du respect de l’exécution de l’ordonnance.
92 600 Juifs (français, polonais, roumains, croates, slovaques, hollandais, belges et apatrides) sont obligés de porter l’étoile. Les Juifs turcs, grecs, britanniques, américains ainsi que, provisoirement, bulgares et hongrois ne sont pas concernés. L’opération est la dernière étape d’exclusion avant de passer à la logique de la déportation et de l’extermination.
Les Allemands espèrent une réaction antisémite de la population française mais l’étoile jaune a suscité le premier mouvement perceptible de désapprobation populaire à l’encontre des mesures anti-juives.


Famille Bobulesco

Famille Bobulesco

Janco (Léon) et Firda Bobulesco, s.d. (coll. part.).

Granville, port d'attache

Réfugiés roumains établis de longue date à Granville

En juin 1925, Léon Bobulesco rejoint à Granville sa soeur, mariée à Smil Veesler. Il s’installe avec son épouse, Frida, et leur fils Armand, né à Paris en 1922. Rodolphe Bobulesco naît à Granville, en juin 1928. Léon exploite d’abord un magasin de confection « Au gaspillage », 101 rue des Juifs, puis ne vend plus que sur les marchés. Immigrée, ayant fui l’antisémitisme important en Roumanie, la famille vit tranquillement à Granville jusqu’en octobre 1940, date des premières mesures anti-juives en France occupée. Un administrateur provisoire est désigné en décembre 1940 pour liquider l’entreprise. Le 25 février 1942, le préfet de la Manche assure que « M. Bobulesco a été radié du registre du commerce et du rôle des patentes et n’exerce plus aucune activité commerciale. » Frida Bobulesco est décédée depuis le 10 janvier 1942.

Victimes de la deuxième rafle dans la Manche

Le 10 ou le 12 octobre 1942, les trois membres de la famille Bobulesco sont arrêtés, en même temps que Simon et Minka Goldenberg et leurs deux garçons, Ruben, 18 ans, et Henri, né à Granville, 11 ans. C’est la deuxième rafle dans le département, elle touche 19 personnes, toutes étrangères, à l’exception des enfants naturalisés, et d’une Française aussitôt relâchée. Les Bobulesco et Goldenberg sont convoyés, le 12 octobre, au « centre d’accueil » à Rouen, par la feldgendarmerie, puis transférés à Drancy le 16 octobre, escortés par des gendarmes français.

Convoi 42

Léon, Armand et Rodolphe sont dans le convoi 42, dès le 6 novembre 1942 ; avec eux, la famille Goldenberg et Klara Krausz, arrêtée à Torigni. Sophie et Béatrice Katz, Cherbourgeoises capturées en Gironde, font aussi partie du transport. À l’arrivée du convoi à Auschwitz le 8 novembre, 145 hommes et 82 femmes sont sélectionnés pour des travaux forcés. Les 773 autres déportés sont gazés dès leur arrivée. En 1945, on dénombrait 4 rescapés, tous des hommes.

À cette époque, les déportés descendent du train à deux kilomètres du camp d’Auschwitz-Birkenau, sur la Judenrampe, et doivent marcher jusqu’à des fermettes, les bunker 1 et 2, transformées en chambre à gaz, déguisées en douches. Leurs cadavres sont dépouillés de tout ce qui peut être recyclé puis conduits jusqu’à des fosses où ils sont brûlés.

Armand Bobulesco au centre, et son cousin Ruben Goldenberg (en haut à gauche), photographiés avec des camarades de l'école primaire supérieure de Granville lors d'une rencontre sportive à Bernay, s.d. (coll. part.).Le "nouveau statut des Juifs", à la une du "Journal de Coutances, 26 octobre 1940 (Archives de la Manche, collection des journaux anciens).

Une loi raciale était réclamée, en France, depuis plusieurs années par une minorité antisémite et xénophobe. Le 3 octobre 1940, Vichy définit le Juif et édicte des interdictions professionnelles : est juive "toute personne issue de trois grandsparents de race juive ou de deux grands-parents de même race, si son conjoint lui-même est juif". La plupart des professions de la fonction publique sont interdites aux Juifs, de même que les métiers de l’information et de la culture, privant de revenus des Français de souche surtout.
Le statut des Juifs soulève peu d’opposition, sauf celle d’Edouard Lurienne, ancien rédacteur en chef du Granvillais, âgé de 87 ans, en une du Granvillais, le 21 septembre 1940. Au contraire, la plupart
des journaux locaux saluent le statut des Juifs.


Famille Daltroff

Famille Daltroff

Placard annonçant le contrôle journalier des étrangers, des "apatrides" et des Juifs, 10 juin 1941 (Archives de la Manche, collection des placards de la seconde guerre mondiale, 303 Fi 85).

Une mère et sa fille à la mère

Deux "israélites" parisiennes

Mathilde Daltroff, née en 1858, et sa fille, institutrice à la retraite, quittent Paris dès septembre 1939 pour leur résidence secondaire de Pirou. Les deux femmes, la mère veuve et la fi lle célibataire, se soumettent aux mesures imposées aux personnes désignées Juives et échappent, en raison de leur nationalité française, aux premières arrestations. Mais le 23 novembre 1943, elles reçoivent l’ordre de se replier à Paris, dans le cadre d’une opération ordonnée par l’occupant et étendue à toute la Normandie. Le lendemain, elles prennent librement le train et sont arrêtées à leur arrivée à la gare Saint-Lazare, puis conduites au château de Grignon à Orly.

"L'évacuation" de Normandie

103 personnes, dont 19 dans la Manche, toutes françaises, devaient être ainsi "évacuées". Dans le département, quatre seulement ont obéi, cinq ont profi té du laps de temps qui leur était laissé pour disparaître, huit n’habitaient plus à l’adresse indiquée. Outre Mathilde et Jeanne, Daniel Vallobra, Parisien de 70 ans, réfugié dans sa villa à Carteret, Jules Bessis, Tunisien « protégé français », père de deux fi llettes, résidant à Cherbourg, ont répondu à la convocation.

Du château de Grignon aux chambres à gaz d'Auschwitz

Le 27 janvier 1944, les Allemands transfèrent les occupants du château d’Orly au camp de Drancy. La semaine suivante, la plupart sont déportés le 3 février par le convoi 67, qui réunit plus de 1200 personnes, toutes de nationalité française. Le convoi n’arrive à Auschwitz que le 6 février : 166 hommes et 49 femmes sont sélectionnés pour les travaux forcés, le reste du convoi, dont les quatre « évacués » manchois, est immédiatement gazé.

L’installation, en 1939, de Mathilde et Jeanne dans leur maison à Pirou leur a été fatale ; si les deux femmes étaient restées à leur domicile parisien elles auraient probablement survécu (comme Gustave Daltroff, fils et frère), du fait de leur nationalité française, sauf à être surprise à enfreindre les décrets antisémites. Une garantie fragile, mais qui fait qu’environ 84 % des Juifs nationaux n’ont pas été déportés contre 60 % des étrangers. Toutefois, si la France n’avait pas été libérée en août 1944, si la guerre s’était prolongée de quelques mois, à l’avantage des nazis, soyons sûrs que les Juifs français auraient été massivement, à leur tour, raflés et déportés.

Affiche antisémite, [1941] (Archives de la Manche, collection des affiches de la seconde guerre mondiale, 203 Fi 53).Formulaire d'ordre d'évacuation de la région de Rouen, utilisé en novembre 1943 (Archives de la Seine-Maritime, 40 W 164).

La protection accordée par le régime de Vichy aux Juifs nationaux, à l’inverse de l’abandon aux Allemands des Juifs étrangers ou réfugiés, aggravé par la révision des naturalisations effectuées depuis la loi de 1927, est très précaire. Vichy a-t-il sauvé les Juifs français ? Si les 3/4 des Juifs de France ont échappé à une mort programmée, ils le doivent bien davantage à la société française qu’au gouvernement.
En persécutant de sa propre initiative les Juifs, avec le premier statut des Juifs et l’aryanisation de leurs entreprises qui les privent de leurs moyens d’existence, le régime de Vichy participe à leur élimination sociale, économique et bientôt physique. En ne reconnaissant plus la nationalité française des enfants de parents étrangers ou apatrides, Vichy a permis la déportation de milliers de familles. En veillant au respect des règlements édictés par l’occupant, en livrant aux Allemands les personnes par eux désignées, Vichy a participé au génocide.


Famillle Grunberg

Famillle Grunberg

Vladimir Grunberg, s.d. (Mémorial de la Shoah).

Une famille appréciée

Une installation tardive dans la Manche

Vladimir et Maria sont nés dans l’Empire austro-hongrois avant son démantèlement. Ils viennent étudier en France, à Grenoble, vivent un temps à Berlin où naît leur premier enfant, Marc, en 1928, puis à Nantes, lieu de naissance de Claire en 1933, et enfin dans la Manche. Vladimir est ingénieur en charge de l’électrification des campagnes, résidant à Saint-Symphorien-le-Valois puis à Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Vladimir, une des premières victimes de la Shoah

Dès juin 1941, M. Grunberg est arrêté à son domicile et détenu en France par les Allemands plus d’une année. Avec Slavko Krausz, commerçant forain à Cherbourg avant-guerre, demeurant à Torigni-sur-Vire, arrêté en avril, il fait partie des premières victimes normandes de la Shoah. Vladimir fut-il arrêté parce que "Russe" au moment où l’Allemagne envahissait l’Union soviétique ? D’abord détenu au camp de Royallieu à Compiègne, il est transféré à Drancy, d’où il est déporté le 16 septembre 1942. Les hommes du convoi 33 sont descendus du train avant son arrivée à Auschwitz, à Opole, en Pologne, réunis dans un camp isolé de travailleurs, employés dans des usines et sur des chantiers. Nous perdons la trace de M. Grunberg à ce moment. Il ne reviendra pas de Pologne.

Un répit de courte durée

À Saint-Sauveur-le-Vicomte, Maria et ses enfants restent sans nouvelles. Dès le 13 juillet 1942, Maria est arrêtée par la feldgendarmerie lors de la première rafle régionale qui vise les Polonais. Internée à la prison de Cherbourg, elle est relâchée le lendemain.

Octobre 1942, deuxième rafle dans le département, deuxième arrestation de Maria à son domicile. Marc, ramassé à l’école des garçons, est conduit auprès de sa mère, gardée par des gendarmes de Saint-Sauveur. Mais Maurice Jouan, un voisin, se précipite dans la classe de Mme Bertrand pour emporter Claire et la cacher. Le même jour, dans la commune voisine de Saint-Jacques-de-Néhou, les Allemands procèdent à l’arrestation de Surica Herman, juive roumaine, mère de deux garçons.

Le 17 octobre, Maria et Marc quittent la prison de Cherbourg, avec quatre autres détenus (Alfred Lévi de Montebourg, Jacob Siskine de Tourlaville, Surica Herman et son fi ls Jean Chetreanu, arrêté chez ses beaux-parents à Valognes) pour être convoyés vers Drancy par des gendarmes cherbourgeois. Maria, Marc, Jacob Siskine et Surica Herman sont déportés à Auschwitz par le convoi 40, dès le 4 novembre. Aucun des quatre ne survit.

La réactivité de la population pour sauver Claire

Claire, 9 ans, est cachée plusieurs semaines à Saint-Sauveur-le-Vicomte par Maurice Jouan et son épouse, le temps d’organiser son évacuation. Marcelle Maupais, fi lle de Mme Jouan, mère de deux garçons et épouse d’un prisonnier de guerre, conduit Claire "Goubert" à Nantes, sans doute auprès d’amis ou parents des Grunberg. La fillette est saine et sauve lorsque la France est libérée.

Peu avant l’arrestation de Maria Grunberg, Claire Grunberg à gauche, avec Marcelle Maignan, Mme Jouan et Mme Grunberg (coll. part.).Ordre adressé le 15 octobre 1942 par la Sicherheitspolizei à la brigade de gendarmerie de Cherbourg d’accompagner à Drancy six Juifs détenus à la prison de Cherbourg, le lendemain (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).Claire Grunberg et Jean Maignan à la fête Saint-Clair à Saint-Sauveur-le-Vicomte, [juillet 1939] (coll. part.).

Selon les travaux de Serge Klarsfeld, pour la France, 11 600 enfants sont morts et 72 400 ont survécu, 62 000 auprès de leurs parents, 8 000 à 10 000 sauvés et cachés par des particuliers ou des organisations juives ou chrétiennes. 85 % des enfants ont été épargnés en France, ce qui est remarquable comparativement aux autres pays occupés par les nazis : en Europe continentale (hors URSS) 10 % à 15% seulement des enfants juifs ont survécu à la Shoah, 12,5 % aux Pays-Bas par exemple.
Pour le département de la Manche, les plus jeunes victimes avaient 3 ans (Léon Mielnicki) et 4 ans (Robert Mielnicki et Michèle Albagli). 14 des 44 enfants et adolescents recensés dans le département en octobre 1940 ont été assassinés, soit 32 % de la cohorte, ce qui est très supérieur – le double – aux chiffres obtenus à l’échelle nationale. On compte cependant parmi les Juifs manchois neuf enfants ou adolescents n’ayant pas été arrêtés et déportés comme le furent leurs deux parents. Onze autres enfants, dont le père a été arrêté, ont échappé à une mort certaine, restant auprès de leur mère cachée ou réfugiée en zone Sud. Tous ces enfants ont pu compter sur la réactivité spontanée d’inconnus qui ont transgressé les interdits en dépit des dangers de répression. C’est à ce sursaut moral et à la solidarité des petits gestes qu’ils doivent d’être toujours en vie en 1944.


Famille Hazac

Famille Hazac

Henri Hazac, après-guerre (DAVCC, 21P 624 633).

Une vaine recherche d'un refuge

La maison Jacques

Jacques et Dona Hazac arrivent à Cherbourg en 1931 ou 1932 avec leurs deux enfants, nés à Paris, Henri et Sarah, et ouvrent un commerce de bonneterie. La famille originaire de Turquie a été naturalisée française en 1926. Mais Cherbourg tombe aux mains des Allemands le 19 juin 1940 ; quelques semaines après, ils prennent les premières mesures antisémites.

Le 27 septembre 1940, une première ordonnance anti-juive s’appliquant à la zone occupée oblige les Juifs (ceux qui appartiennent à la religion juive ou qui ont plus de deux grands-parents appartenant à la religion juive) à aller se faire inscrire sur un registre spécial à la sous-préfecture, avant le 20 octobre. La tâche est confiée à l’administration française, ce qui calme les inquiétudes des Juifs. L’ordonnance contraint aussi les commerçants à apposer sur leur vitrine une affiche "entreprise juive". Quelques jours plus tard, les Allemands font apposer un tampon spécial, rouge, sur les pièces d’identité des Juifs.

Sous la protection des fascistes

La famille Hazac quitte Cherbourg dès octobre 1940, pour Paris. Elle échappe à la rafl e du 20 août 1941 qui touche le 11e arrondissement. La famille avait dès cette époque quitté le quartier puisque le 18 août 1941 Jacques Hazac est condamné par un tribunal allemand à six semaines de prison pour "passage de la ligne de démarcation". La famille parvient pourtant à passer la ligne de démarcation et à atteindre la zone d’occupation italienne qui s’étend à l’est du Rhône. Dans les huit départements français sous leur contrôle militaire depuis novembre 1942, les Italiens s’opposent à l’application des mesures antisémites décidées par le gouvernement de Vichy.

La traque

Dès le lendemain de la capitulation de l’Italie, le 8 septembre1943, le SS Aloïs Brunner arrive à Nice avec un commando qui se livre à une véritable chasse à l’homme. 1819 Juifs sont arrêtés entre le 10 septembre et le 14 décembre, dont 1100 à Nice. Jacques et Henri sont capturés le 22 septembre 1943 à la frontière italienne. Ils sont reçus à Drancy le 26 septembre et partent le 7 octobre vers "Pitchipoï", mot yiddish utilisé à Drancy pour désigner la destination inconnue des convois vers l’Est.

Le train arrive à Auschwitz le 10 octobre. 340 hommes et 169 femmes sont sélectionnés pour des travaux forcés. Les 491 autres déportés sont gazés. Jacques et Henri ont été épargnés mais le père meurt à Monowitz. En janvier 1945, à l’approche de l’armée soviétique, les nazis font évacuer Auschwitz à des milliers de détenus épuisés. Henri survit à ces "marches de la mort" et aux conditions épouvantables de détention à Buchenwald, jusqu’à la libération du camp le 11 avril 1945.

Il est rapatrié en France le 8 mai 1945, jour de la capitulation du Reich. Sarah est arrêtée le 17 mars 1944 à Nice. Convoyée sur le champ à Drancy, elle quitte le camp de transit pour Auschwitz dix jours seulement après son arrestation. 380 hommes sont sélectionnés à l’arrivée ainsi que 148 femmes, dont Sarah. Le reste du convoi est gazé. Sarah survit à l’enfer d’Auschwitz et à l’évacuation meurtrière du camp en janvier 1945. Elle est envoyée à Bergen-Belsen, camp de femmes. Elle y survit à la faim et au typhus qui font des ravages dans les semaines qui précèdent la libération du camp par les Britanniques, le 13 avril 1945. Elle se présente le 24 mai à l’hôtel Lutetia à Paris, un palace devenu centre de rapatriement des prisonniers et déportés.

Les revenants

Henri et Sarah font partie des 2 566 survivants de la Shoah sur 75 721 déportés Juifs de France, soit 3,38 %. Samuel Saragoussi, arrêté à Saint-Georges-de-Rouelley (canton de Barenton) et déporté à Auschwitz, sera également rapatrié de Buchenwald. Trois autres "Manchois", Albert Mendelbaum, Avranchinais arrêté le 21 juillet 1942, Maxime Levy, né à Cherbourg en 1898, arrêté à Courbevoie en 1941, et Salomon Dikansky, arrêté à Montanel (canton de Saint-James) en mars 1943, tous déportés à Aurigny en 1943, retrouveront leurs foyers en 1944.

Registre servant au « Recensement des personnes de race juive » résidant à Cherbourg (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).Télégramme adressé par les services préfectoraux de la Manche au préfet de région le 26 février 1943 (Archives de la Seine-Maritime, 40 W 164).

Ouest-Éclair annonce le 1er novembre 1940 127 Juifs recensés mais la préfecture en a identifiés 139 à la même date, soit près d’un dixième de récalcitrants. Les fonctionnaires traquent les individus recensés, épiant leurs déplacements, signalant aux autorités occupantes leurs manquements aux instructions. Un zèle finalement meurtrier.
Les résultats du recensement d’octobre 1940 ont disparu. Les fichiers ont été soit vidés au fur et à mesure des arrestations, soit détruits à la Libération. On a pu cependant reconstituer la situation à partir des dossiers individuels composés depuis janvier 2012. Il en ressort que 42 % des personnes désignées juives dans la Manche en octobre 1940 ont été assassinées par la suite... 59 victimes ! C’est près du double du ratio national.
Dans la Manche, la nationalité française a moins protégé qu’au niveau national : 30 % des Juifs manchois déclarés français seront supprimés, contre 16 % dans l’ensemble du pays. En confondant, comme le fait le préfet de la Manche en 1943, les enfants naturalisés français avec leurs parents étrangers, 56 % des Juifs manchois étrangers ont été tués (44 % à l’échelle du pays). Par contre, les familles juives présentes avant 1914, plus discrètes et mieux intégrées, échappèrent aux arrestations.


Famille Krausz

Famille Krausz

Slavko et Klara Krausz, 1926 (coll. part.).

Cherbourgeois à Torigini-sur-Vire

Zagreb - Cherbourg

Yougoslaves, Slavko et Klara se marient à Zagreb en 1926. En 1928, ils donnent naissance à Monique, à Paris. Depuis 1934, ils vivent à Cherbourg, marchands forains en confection sur plusieurs marchés du département. En 1940, la destruction de sa maison lors d’un bombardement allemand paraît provoquer le déménagement de la famille à Torigni-sur-Vire, où elle loue une chambre meublée. Les Krausz cachent leurs origines juives, mais ne peuvent en faire autant pour leur nationalité. Le 17 ou le 19 avril 1941, Slavko est arrêté par les Allemands à son domicile. Le 6 avril 1941, les Allemands avaient envahi la Yougoslavie, et les Yougoslaves immigrés en France étaient désormais des ennemis du Reich. Il est détenu quelques jours à Saint-Lô puis conduit au camp de Compiègne qui accueille ses premiers internés le 22 juin 1941.

Le premier juif arrêté dans la Manche

Avec plus de 50000 internés dont près de 40000 déportés, majoritairement «politiques», le camp de Royallieu, Frontstalag 122 à Compiègne, deviendra le troisième par ordre d’importance des camps nazis installés en France, après le K.L. Struthof et Drancy. Slavko reste prisonnier à Compiègne jusqu’en août 1941, date de son transfert à Drancy. Pendant presque un an, il est détenu à Drancy, jusqu’à sa déportation vers Auschwitz dans le convoi 7, composé en majorité de Juifs arrêtés à Paris le 20 août 1941. À leur arrivée à Auschwitz, le 21 juillet, sur les 999 membres du convoi, 504 hommes et 121 femmes sont sélectionnés pour les travaux forcés et tatoués, les autres sont tués sur le champ. C’est la première fois que des déportés de France sont gazés dès leur descente du convoi.

Des autorités sourdes à la dénonciation

Pendant ce temps, à Torigni, Klara et Monique Krausz s’efforcent de survivre. Un administrateur provisoire liquide les marchandises et remet à chacune 400 francs par mois. Mais le 13 octobre 1942, Klara est arrêtée, à la suite d’une dénonciation affi rment les mémoires. Si sa propriétaire, désireuse de récupérer l’usage de son garni, a effectivement signalé aux autorités, en juillet 1941, le défaut de déclaration et un commerce clandestin de vêtements, il n’y a pas d’interpellation immédiate. Au contraire, Mme Krausz est arrêtée en octobre 1942 en même temps que 18 autres personnes juives dans la Manche. Ce n’est pas l’infraction aux règlements antisémites qui décide du sort de Klara Krausz, mais l’application du plan méthodique de déportation des Juifs de France, commençant par les étrangers. Les mémoires familiales désignent pourtant souvent, même parfois précisément, un dénonciateur, dans l’ignorance des mesures décidées par l’occupant.

Klara Krausz est escortée à Rouen, au centre de transit de la rue Poisson, par la feldgendarmerie de Granville avec neuf autres personnes (familles Bobulesco, Goldenberg et Rosenthal), puis transférée à Drancy le 16 octobre.

Moins d’un mois plus tard, elle est déportée à Auschwitz, dans le convoi 42. À son arrivée, le 8 novembre, seules 82 femmes reçoivent les numéros 23963 à 24044 ; les autres sont gazées. Sa mort a été fixée au 11 novembre. Monique a échappé à l’arrestation, se trouvant à Saint-Lô, scolarisée à l’École Primaire Supérieure. Dès la nouvelle apprise, la directrice, Jeanne Lemarchands, la fait conduire à Villedieu-les-Poëles chez ses cousins, entrepreneurs. Maurice, engagé dans la Résistance, et Andrée Lemarchands protégèrent jusqu’à la fin de la guerre la jeune Monique "Cros". Ils furent élevés, à titre posthume, au rang des Justes parmi les Nations en avril 1989.

Monique Krausz, à droite, avec sa mère, au centre et une amie en 1942 (coll. part.).Courrier de la préfecture de la Manche au sous-préfet de Cherbourg en janvier 1941 (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).

Famille Lévi

Famille Lévi

Alfred Lévi, s.d. (Archives de la Manche, collection des documents déposés pour numérisation, 1 Num 2012/49).

27 rue des Juifs à Montebourg

Apatride

Alfred Lévi est né en 1915 en Allemagne mais il fuit son pays après la restitution à l’Allemagne nazie en 1935 de la Sarre, région où il réside et jusqu’alors placée sous administration française. Alfred se réfugie en France, comme 30 000 de ses concitoyens entre 1933 et 1939 (sur 282 000 qui quittèrent l’Allemagne). Il se marie en octobre 1937 avec une jeune habitante de Montebourg. Le couple aura trois enfants : Jacqueline, Yvette et Danièle. Alfred Lévi est, selon les occasions, ouvrier agricole, manoeuvre ou ouvrier maçon. Lorsque la guerre éclate, en septembre 1939, il est surveillé par les autorités françaises parce qu’Allemand. Il est en réalité "apatride", les lois antisémites de Nuremberg l’ayant privé de sa nationalité.

Soumis à un régime d'exception

Désormais surveillé par les occupants allemands, secondés par les autorités françaises, en raison de son statut de Juif et d’exilé, il doit se conformer aux nouvelles dispositions antisémites : recensement obligatoire en octobre 1940, apposition d’un cachet rouge portant la mention juif sur ses titres d’identité en décembre 1940, défense d’être employeur, employé supérieur, ou en contact avec le public dans la zone occupée à partir de mai 1941, pointage quotidien à la gendarmerie de Montebourg depuis juillet 1941, confinement chez soi de 20 h à 6 h depuis février 1942, port de l’étoile jaune en juin 1942, interdiction de fréquenter les lieux publics à partir de juillet 1942...

Victime d'une rafle régionale

Alfred Lévi est arrêté le 11 octobre 1942 à son domicile, 27 rue des Juifs, par la gendarmerie de Montebourg, dans le cadre d’une opération d’envergure organisée dans le
département de la Manche : les 11, 12 et 13 octobre, 18 autres personnes, toutes étrangères, à l’exception des enfants naturalisés, et d’une Française (relâchée), sont arrêtées dans la Manche. Détenues dans les prisons de Cherbourg ou de Saint-Lô avant d’être conduites à Drancy sous l’escorte de gendarmes français, elles seront toutes déportées et assassinées dans les camps nazis, à l’exception d’une seule (Jean Chetreanu parce que marié à une "aryenne").

En décembre 1942, son épouse obtient du Commissariat Général aux Questions Juives un "Certificat de non-appartenance à la race juive", après avoir apporté les preuves de son ascendance catholique (environ 10000 certificats de ce type seront délivrés). Sa qualité d’époux d’une "aryenne" protège, un temps, Alfred Lévi de la déportation. Mais il figure sur la liste des déportés du convoi 62, à destination d’Auschwitz, qui quitte la France le 20 novembre 1943. Puis nous retrouvons Alfred Lévi à Buchenwald, mais la date de son admission est inconnue. Celui qui avait fui l’Allemagne pour vivre libre et fonder une famille en France, meurt prisonnier de ses bourreaux au coeur du Reich nazi, le 25 février 1945.

Certificat de non-appartenance à la race juive délivré à l’épouse d’Alfred Lévi par le Commissariat général aux questions juives, 8 décembre 1942 (Archives de la Manche, collection des documents déposés pour numérisation, 1 Num 2012/49).Liste des étrangers résidant à Montebourg en juillet 1941. Conformément aux consignes données par la préfecture, le nom d’Alfred Lévi est souligné en rouge parce que juif (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).

Après plusieurs mois passés à Drancy, Alfred Lévi est enfermé dans le camp de Beaune-la-Rolande, dans le Loiret, le 7 mars 1943, où sont regroupés des centaines de "conjoints d’ aryens", non déportables vers l’Est.
En juillet 1943, les SS décident la fermeture du camp. Les 9 et 16 juillet, 600 "conjoints d’aryens" en partent pour travailler à la construction des défenses du "mur de l’Atlantique", d’abord à Querqueville (Manche) puis dans l’île anglo-normande d’Aurigny. Lui, trop familier du Cotentin, est affecté, avec les hommes âgés et les femmes, à un chantier que les Allemands ouvrent alors : celui des anciens magasins de meubles Levitan, à Paris, où sont discrètement triés, réparés et expédiés vers l’Allemagne les biens volés aux Juifs dans la zone occupée. Avec près de 800 "demi Juifs" en sursis dans les camps annexes parisiens, Alfred Lévi participe à "l’opération meuble". Combien de temps ?
D’autres Manchois mariés à des "aryennes" ont eu plus de chance qu’Alfred. Jean Chetreanu, de Cherbourg, reste à Drancy jusqu’à son évasion en août 1944, David Lobel, médecin à Ger, détenu à Drancy depuis octobre 1943, est libéré en août 1944, Albert Mendelbaum d’Avranches, arrêté en juillet 1942, est déporté au large du Cotentin.


Famille Mainemer

Famille Mainemer

Dina Mainemer, s.d. (Mémorial de la Shoah).

Dix années à Avranches

Une famille estimée à Avranches

Lorsque la guerre éclate en 1939, Joseph et Dina Mainemer vivent à Avranches. Ils ont deux filles, Anne-Marie et Rose-Marie, nées à Paris en 1922 et 1930. Joseph et Dina sont arrivés en France en septembre 1921, à Avranches en 1932. S’ils sont polonais, leurs enfants sont françaises par déclaration devant le juge de paix.

Joseph Mainemer est marchand forain, vendant de la confection et de la lingerie sur les marchés de la région. Il demande sa naturalisation en 1937, mais en 1939 la procédure est toujours en cours. L’administration croule sous les demandes : la naturalisation doit être méritée et présenter un intérêt pour la France, aussi la priorité est-elle donnée aux plus jeunes qui peuvent participer à sa défense.

Une situation de plus en plus dangereuse

Du fait des ordonnances de l’occupant et de la législation de Vichy, les Mainemer sont empêchés de travailler sur les marchés. Invité à vendre, avant le 31 mars 1941, sa marchandise, Joseph Mainener liquide la totalité de son stock. Au fil des semaines le danger augmente : il faut se soumettre dès octobre 1940 au recensement, puis pointer au commissariat quotidiennement, subir un couvre-feu. En septembre 1941, les Juifs doivent remettre leur appareil radio. Joseph Mainemer contourne la mesure en remettant un vieux poste après en avoir acquis un neuf, plus discret.

Le 7 juin 1942, port obligatoire d’une étoile jaune. 19 jours plus tard, Anne-Marie se rend à la mairie d’Avranches pour passer les épreuves du baccalauréat de philosophie sans l’insigne cousu à son vêtement, son père l’y rejoint, sans non plus arborer l’étoile à six pointes. Cette témérité est-elle à l’origine de son arrestation comme l’affi rmera Anne-Marie Mainemer ? Pourtant les noms de ses parents figurent sur un courrier allemand, dès le 27 février 1942, où il est question de l’arrestation de 100 Juifs, autour de Caen.

14 juillet à l'aube

Le 14 juillet 1942, à 8h du matin, la feldgendarmerie arrête à Avranches Joseph et Dina Mainemer, ainsi que Zalma Rosenthal. La veille, à Saint-Sauveur-le-Vicomte, Maria
Grunberg avait été aussi arrêtée. Ces 13 et 14 juillet 1942, 14 Juifs sont appréhendés dans l’Eure, 10 dans le Calvados, 6 dans l’Orne, 42 en Mayenne où des Cherbourgeois, les Mielnicki, avaient été éloignés. L’arrestation du couple Mainemer n’a pas été perçue sous cet angle régional mais comme la conséquence d’une dénonciation.

Anne-Marie et Rose-Marie reçoivent des nouvelles de leurs parents enfermés au camp de Pithiviers, au sud de Paris. Elles apprennent par leur mère que leur père est parti pour une destination inconnue. Joseph Mainemer a été déporté avec Zalma Rosenthal par le convoi 13, au départ de Pithiviers, le 31 juillet. Dina Mainemer, est déportée par le convoi suivant parti le 3 août de Pithiviers. Un convoi presque exclusivement composé de femmes : 982 femmes et filles, seulement 52 hommes et garçons. 22 hommes et 542 femmes sont sélectionnés à l’arrivée à Auschwitz, 482 sont gazés. Ni Joseph ni Dina ne reviendront.

Un réseau de bonnes volontés

Les deux soeurs séjournent plus d’une année dans la maison familiale, jusqu’à la tentative de leur arrestation le 23 novembre 1943. Elles se réfugient pendant 40 jours chez Henri et Madeleine Bitard, qui seront reconnus Justes parmi les Nations. Un réseau de bonnes volontés prépare leur évacuation : elles sont munies de fausses cartes d’identité établies aux noms d’Anne-Marie et Rose-Marie Martin nées à Oran, ville algérienne aux mains des Alliés. La soeur Mondo, supérieure de la communauté des Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul à Avranches, leur trouve un asile : le couvent de l’ordre Notre-Dame de la Charité, à Caen, quai Vandeuvre. On les y conduit en janvier 1944, où elles restent cachées presque quatre mois.

Le 15 avril 1944, elles partent retrouver un oncle à Paris. Le lendemain, accompagnées à la gare par un inspecteur de police qui veille sur leur oncle et leur tante, elles rejoignent près de Lyon la soeur aînée de leur mère, cachée avec son mari dans une clinique privée. Elles y restent jusqu’à la libération du village, le 3 septembre.

Extrait du VOBIF du 1er juin 1942, contenant la 8e ordonnance imposant le port de l'étoile juive dans la zone occupée (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).L'abbé Gosselin dans le jardin des Justes parmi les Nations à Jérusalem, 10 juin 1981 (Yad Vashem).

85 % des enfants juifs de France ont échappé à la déportation. Si la majorité a été sauvée par leurs parents, un nombre considérable l’a été par des femmes et des hommes guidés par leur conscience. Au sein de l’Église catholique, un grand nombre de prêtres et de religieuses ont très tôt bravé l’interdiction de porter secours aux Juifs persécutés, ouvrant leur porte, procurant de faux certificats de baptême... Les déclarations publiques de plusieurs évêques à l’été 1942 encouragent cette attitude.
Dans la Manche, l’abbé Louis Gosselin (1915-2001), vicaire à la Trinité à Cherbourg et aumônier des hôpitaux maritime et Pasteur, délivre de faux certificats de baptême en faveur des enfants Margolis, et dissimule plusieurs Juifs travaillant pour l’organisation Todt à l’hôpital Pasteur en les faisant passer pour contagieux. Enia Mielnicki est hébergée par les religieuses à Saint-Pierre-Église. David Belzidsky, confie sa jeune soeur de 12 ans, au couvent de la Bucaille à Cherbourg jusqu’à la Libération. L’abbé Henri Ryst (1899-1967), fils d’un Juif hollandais, curé de Besneville dans le Cotentin, cache cinq enfants juifs sans doute envoyés par la congrégation de Notre-Dame de Sion. La conversion d’enfants juifs au catholicisme motiva sans doute des protecteurs, mais l’Église exigeait l’autorisation des parents et une instruction religieuse au préalable.


Famille Mielnicki

Famille Mielnicki

Mania et Isaac Mielnicki, leurs enfants Léon et Robert, photographiés peu de temps avant leur arrestation à Laval (Archives de la Manche, collection des documents déposés pour numérisation, 1 Num 2013/2).

La fratrie cherbourgeoise

Un séjour plus ou moins prolongé à Cherbourg

Gitah, Isaac, Blima, Mendel et Yenta, cinq frères et soeurs né(e)s à Sokolow, dans le centre-est de la Pologne, province russe à l’époque de leurs naissances,
vont s’établir à Cherbourg dans les années 1920, commerçants ambulants de confection et cordonniers.

  • • Gitah, la soeur aînée, est venue en France sans son époux mais avec sa fille, Florette née en 1913. Avec Salomon Grunsztejn, Gitah travaille sur les marchés de Cherbourg. Elle avait ouvert en 1928 un petit restaurant casher pour les émigrants juifs, mais la fermeture des frontières états-uniennes fait échouer l’entreprise. À la fin des années trente, le couple est installé à Montreuil, Florette a épousé un coiffeur juif roumain candidat à l’émigration rencontré à Cherbourg. Leur fils, Michel, naît en 1934 à Paris.
  • • Isaac a trois enfants dont la dernière, Enia, naît à Cherbourg en 1927, mais le ménage vole en éclat. Son épouse est expulsée de France en 1929 et le divorce prononcé. En 1934, il épouse à Cherbourg Mania Failer avec laquelle il aura trois autres enfants, dont un décédé en bas âge.
  • • Blima épouse à Cherbourg, en 1929, Szyja Goldsztern, marchand de tricot. Le couple, qui n’a pas d’enfant, quitte Cherbourg après 1934.
  • • Mendel tient la "Cordonnerie du Centre" à Cherbourg en 1928, lorsqu’il fait l’objet d’une procédure de reconduction à la frontière. Malgré cela, il est déclaré demeurant à Valognes en juillet 1931. Avec Gitel Kirszenbaum, épousée à Paris, en 1930. Il a deux enfants : Charles en 1931 et Madeleine en 1934.
  • • Yenta, la cadette, vit auprès de sa soeur Blima, en 1931. Elle tient de 1934 à 1936 la cordonnerie de son frère Isaac. Elle quitte probablement Cherbourg en compagnie de sa soeur pour la région parisienne. Mariée religieusement à Abraham Schulbank, elle donne naissance à Albert, en 1942.

Lorsque la guerre survient en septembre 1939, seul Isaac et sa famille vivent encore à Cherbourg. Les cinq soeurs et frères n’ont pas fait fortune, leur passage dans la
cité portuaire a accompagné le flux et le reflux des candidats à l’émigration vers l’Amérique.

Une famille décimée

En 1939, les fils aînés d’Isaac s’engagent : Georges dans une unité de volontaires étrangers de l’armée française, Maurice, garçon coiffeur aux Pieux, dans l’armée polonaise. Tous les deux sont démobilisés en 1940. Georges est arrêté en passant en Espagne mais s’échappe du train. Maurice, arrêté le 20 août 1941 mais libéré de Drancy pour raisons de santé, parvient à passer en Espagne en 1943, et avec un autre Cherbourgeois, Jacques Prelman, rejoint les forces alliées. Enia est d’abord cachée chez les religieuses de Saint-Pierre ; on la retrouve à Paris en janvier 1944 renouvelant sa carte d’identité, domiciliée chez sa tante Gitah, pourtant déportée.

Isaac, Mania et leurs enfants, Robert et Léon, ont été expulsés vers la Mayenne avec d’autres étrangers en avril 1942. Ils sont arrêtés tous les quatre par les Allemands le 15 juillet 1942 à Laval. Dès le 20 juillet, Isaac est déporté à Auschwitz dans le convoi 8 qui part d’Angers. Le Saint-Lois Salomon Gattegno est dans le même transport. Ils sont probablement sélectionnés pour les travaux forcés ; leur mort est reportée de quelques jours. Mania et ses jeunes fils sont internés jusqu’en septembre à 17 km de Tours, dans le camp de La Lande à Monts. Le 23 septembre 1942, ils montent dans le convoi 36. À l’arrivée, 475 personnes sont gazées. Robert, 4 ans, et Léon, pas encore 3 ans, sont assassinés. Mania ne revient pas non plus.

Un condensé du sort des Juifs de France

Gitah, la soeur aînée de la fratrie, est déportée dans le camp d’extermination de Sobibor le 25 mars 1943, son compagnon Salomon Grunstein rafl é en 1942, avait été déporté à Auschwitz par le convoi 9, avec 568 autres Polonais. La fille unique de Gitah, Florette décède d’un cancer à l’hôpital de Créteil en 1943. Son jeune fils Michel est placé, courant 1942, dans un pensionnat à Saint-Mandé, protégé par le directeur jusqu’à la Libération ; le père est réfugié dans une institution à Saint-Maur-des-Fossés.

La soeur cadette, Yenta, internée à Drancy le 25 mai 1944, est déportée trois jours plus tard à Auschwitz. Son mari l’y avait précédé en septembre 1942. Aucun n’est revenu. Leur fils, Albert, né en mars 1942, est élevé par la seule survivante des trois soeurs Mielnicki, Blima.

Comme ses deux neveux et 80 000 autres étrangers vivant en France, Mendel, le deuxième garçon de la fratrie, s’est engagé. Il intègre le 22e régiment de Marche de Volontaires Étrangers, un "régiment ficelle", ainsi surnommé parce que pourvu avec les fonds de tiroir de l’intendance.

Après de violents combats, Mendel est fait prisonnier le 6 juin 1940. Il est libéré par l’Armée rouge le 26 avril 1945 du Stalag III B situé près de l’actuelle frontière polonaise, à Fürstenberg sur l’Oder. Protégé par son uniforme, Mendel a échappé à la destruction.

Discrétion et dispersion

L’épouse de Mendel, Gitel, femme d’un prisonnier de guerre mais apatride, a échappé aux arrestations grâce à la protection d’un fonctionnaire de police d’origine corse, "Monsieur François". En 2020, 68 policiers et gendarmes sont reconnus "Justes parmi les Nations", dont le Cherbourgeois Maxime Leluan ; "Monsieur François", lui, est toujours dans l’ombre.

Face aux difficultés matérielles et au danger, Gitel prend la grave décision de se séparer de ses enfants. Charles est caché parmi la famille Bonin, à Desnes, une commune
rurale du Jura. À l’âge de 8 ans, Madeleine est placée dans un établissement de cure, le préventorium d’Arbonne (Pyrénées-Atlantiques), sous prétexte que l’appartement
familial, "beaucoup trop petit et humide", "manque de clarté et de soleil". Elle est admise le 26 juillet 1942, sous un nom tronqué en Mielni. Dans son dossier, on a pris soin d’indiquer que sa mère désire que son enfant "suive le culte catholique". Madeleine va séjourner plus de deux ans et demi à Arbonne.

72 enfants d’origine juive ont fréquenté l’établissement entre 1939 et 1944, 7 trop brièvement pour échapper à la déportation. La directrice, Marguerite Schwab, a été faite "Juste parmi les Nations" en 2001. Madeleine ne quitte Arbonne que le 26 avril 1945. Entre temps, elle a été baptisée le 13 août 1944. Le surlendemain, elle fait sa communion privée. Pourquoi cette précipitation ? Acte de prosélytisme (efforts pour convertir) ou simple respect d’un engagement ?

Rentrée à Paris, Madeleine sera placée dans le pensionnat de Notre-Dame-de-Sion, à Saint-Omer (Pas-de-Calais), en février 1946, puis scolarisée au cours complémentaire de Périers (Manche) puis son père y fréquente de nouveau le marché.

Les trois soeurs Mielnicki photographiées en avril 1932, (studio Guérin, à Cherbourg ?) : de gauche à droite, Yenta, Blima et Gitah (coll. part.).Isaac (à gauche) et Mendel (à droite) photographiés au studio Guérin, à Cherbourg, s.d. (coll. part.).Carte nationale d’identité d’Enia Mielnicki, Française "par déclaration", établie à Paris le 5 janvier 1944, portant la mention perforée "Juif" (Archives de la Manche, collection des documents déposés pour numérisation, 1 Num 2013/2).

À la différence du Havre, Cherbourg n’est pas un port d’attache, mais un port d’escale transatlantique où les paquebots des plus importantes compagnies étrangères embarquent et débarquent, en un minimum de temps, passagers, courriers et colis. Si en 1900, on comptait 30 000 passagers, et 68 678 en 1913, ils sont 75 000 en 1920, 105 000 en 1922, 173 000 en 1925, jusqu’à 211 000 en 1927. Tous ne sont pas des migrants (peut-être un quart de la clientèle des compagnies seulement), mais leur nombre va grandissant jusqu’en 1928. On peut supposer que la part des Juifs qui fuient misère et persécutions suive le même mouvement, davantage même en raison des dispositions proposées à cette clientèle particulière. "Les israélites de tous pays forment le plus gros contingent d’émigrants en partance pour l’Amérique" peut-on lire dans le Cherbourg Eclair du 11 octobre 1922.
Par Cherbourg, ils gagnent les États-Unis et le Canada mais aussi des pays d’Amérique latine (plus du quart des migrants au départ de Cherbourg en 1926). Les obstacles à l’immigration instaurés par les États-Unis en 1921 et 1924 (quotas de nationalités et quarantaine de 12 jours avant l’embarquement), obligent les compagnies maritimes à assurer l’hébergement et le contrôle sanitaire des migrants d’où la construction d’hôtels. La Royal Mail aménage, dans le quartier du Roule, l’hôtel New-York pour les émigrants vers le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine ; la Cunard, la White Star et la Red Star s’entendent pour faire construire à proximité de la gare maritime l’Hôtel Atlantique qui ouvre en 1922. Remarquablement fonctionnel et confortable, il peut loger 2 500 personnes après "désinfection". Les Juifs y disposent d’un service de restauration casher, d’un rabbin (1922), d’une synagogue (1923).
Les voyageurs un peu plus fortunés peuvent s’adresser à des hôtels tenus par des Cherbourgeois ou des immigrés : ainsi l’Hôtel International créé en février 1922 par Moïse Chetreanu, natif de Roumanie, arrivé à Cherbourg en 1918, ou l’hôtel Bristol fondé en 1921 par Julien Ratz, Juif polonais. Cherbourg des années 1920 est une ville accueillante et cosmopolite. En 1921, 22 consulats différents y reçoivent leurs ressortissants ou candidats à l’immigration. Mais la crise économique internationale de 1929 provoquant la fermeture des frontières, les migrants au départ de Cherbourg ne sont plus que 11 000 en 1932, le nombre des rentrants les dépassant même (16 000). Cherbourg, porte d’entrée de l’Amérique sûrement, mais aussi  porte de sortie ! Le creusement d’un bassin en eau profonde permettant l’accostage, à partir de 1932, des plus grands paquebots, et la construction d’une nouvelle gare maritime (selon les plans de René Levavasseur, à qui l’on devait déjà l’Hôtel Atlantique), inaugurée en 1934, ralentissent le déclin du trafic transatlantique, mais l’âge d’or est terminé et avec lui une importante ressource pour le commerce local. Les hôtels pour émigrants appartenant aux compagnies maritimes, ferment dès 1932 et 1933.



Famille Pipkis

Famille Pipkis

Berthe Pipkis et Marcelle, s.d. (coll. part.).

Dans l'attente de l'absent

À la Grande Fabrique

Jules Pipkis louait une très petite boutique de vente de vêtements au pied des remparts de Saint-Lô. En 1934, il est rejoint par Berthe Rachovitch, épousée à Nantes. Une petite Marcelle naît l’année suivante. Jules est né à Paris en 1909 de parents immigrés d’Ukraine. Berthe est née en Russie, en 1912, arrivée en France en 1924 avec ses parents, sa soeur et son frère. Elle acquiert la nationalité française par le mariage.

Jules incorpore, en septembre 1939, le 208e régiment d’infanterie formé à Saint-Lô. Participant à la défense des lignes de Carentan en juin 1940, il est fait prisonnier à Sainte-Mère-Église et retenu plusieurs mois à Saint-Lô. Il semble quitter la ville en janvier 1941 pour rejoindre le Stalag XIII C à Nuremberg.

La liquidation

Un commissaire gérant est nommé en décembre 1940 pour liquider l’entreprise en vendant au détail le stock de marchandises. Mais cela va trop lentement : la préfecture
fait savoir, en juin 1941, qu’il y avait lieu de terminer la liquidation dans les délais les plus courts, par la vente en totalité du stock à une autre maison de confection. Jules
Pipkis est rayé du registre du commerce en novembre 1941.

En cette année 1941, Berthe héberge son frère Aaron Rachovitch, marchand de tissu nantais, célibataire né en 1901. Mais le 23 juin 1941, il est arrêté chez elle, probablement en raison de sa nationalité russe car l’invasion de l’URSS provoque l’arrestation de nombreux sujets russes. Il est détenu à la prison de Saint-Lô puis conduit au camp de Compiègne. De là, il sera transféré à Drancy, dernière étape avant sa déportation pour Auschwitz le 11 septembre 1942. La mère de Berthe, âgée de 64 ans, sa soeur Mania, 39 ans, Nantaises toutes les deux, sont aussi déportées en 1942. Aucun ne rentrera.

Berthe et Marcelle continuent à occuper les deux pièces au premier étage du magasin, dont l’accès ne pouvait se faire que par la boutique. En août 1942, le magasin est réquisitionné au profit du service de la main d’oeuvre française en Allemagne. Une promiscuité intolérable. Inquiétée par la visite de soldats allemands, Berthe disparaît au cours de l’automne 1942.

Le secours de Justes parmi les nations

Avec sa fille, Berthe se réfugie chez un couple d’amis, M. et Mme Hélène, à La Meauffe, qui rapidement leur trouvent un asile plus discret : des parents éloignés, Ferdinand et Angélina Huault, fermiers à Carantilly (canton de Marigny). Inquiet de la curiosité de voisins, Ferdinand Huault les confie, en juin 1943, à Suzanne Lerouxel, jeune cultivatrice à Gratot (canton de Coutances) dont le mari est prisonnier de guerre. Le couple Huault et Suzanne Lerouxel seront élevés au rang de Justes parmi les nations en 1998.

En février 1944, Berthe, avec l’aide de la Résistance, rejoint des parents en zone Sud. Elle dispose d’une fausse carte d’identité établie à Tréauville (canton des Pieux) au nom de Paulette Bertrand. Mais son accent russe peut leur être fatale. Conduites à Paris, les deux fugitives partent retrouver la grand-mère paternelle et une tante dans un village de l’Indre proche de la ligne de démarcation. Marcelle y vit cachée, n’allant pas à l’école. Lorsqu’il y a des rumeurs d’arrestation, tous fuient dans la campagne vers des fermes. Un oncle sera pourtant arrêté et déporté.

Reconstruction

La Libération ne signifie pas le retour du mari et du père, qu’il faut attendre des mois encore. Marcelle ne le reconnaît pas à sa descente de l’autobus. Saint-Lô est totalement en ruine ; le 84 rue Torteron n’a pas été épargné. Il faut travailler et vivre des années dans des baraques en bois, place du Champ de Mars, repartant de rien.

Fausse carte d’identité de Berthe Pipkis (coll. part.).Jules Pipkis (3e debout en partant de la gauche) parmi des camarades prisonniers, s.d. (coll. part.).Aaron Rachovith en 1935 (Archives de la Loire-Atlantique).

Environ 86 000 soldats de confession juive ont combattu sous le drapeau français, entre 10 000 et 15 000 ont été faits prisonniers de guerre, détenus en Allemagne de 1940 à 1945, dont, pour la Manche, Jules Pipkis, Mendel Mielnicki, Samuel Belzidsky et Ladislas Szekely. Paradoxalement la détention dans les Stalags a protégé les prisonniers juifs. Comme les autres prisonniers de guerre français, ils bénéficient de la protection des conventions de 1907 et de 1929 qui leur garantit d’être traités "avec humanité".
À leur admission dans les camps, les prisonniers de guerre devaient déclarer leur religion : la judéité pouvait être cachée, subie ou au contraire revendiquée. Des codétenus, antisémites, dénoncèrent leurs camarades juifs. Cela leur valut, selon les camps, des brimades et discriminations mais ils ne furent pas compris dans le programme d’extermination nazi. Partageant avec leurs camarades d’éprouvantes conditions de captivité, les prisonniers juifs s’en distinguaient par l’inquiétude quant au sort particulier de leurs épouses, enfants et parents.



Famille Rosenthal

Famille Rosenthal

Zalma, Ruchla et Jacques, rue de Changeons, s.d. (coll. part.).

Commerçants comblés à Avranches

Polonais en France

Zalma Rosenthal quitte la Pologne pour la France en mai 1922, âgé de 20 ans. Fuit-il la misère, les persécutions antisémites, ou les deux ? La France accueille alors largement les étrangers, inquiète du péril de la "dépopulation". Au lendemain de la Première Guerre mondiale, elle a le plus fort taux d’étrangers dans le monde, devant les États-Unis. Au recensement de 1931, le nombre d’étrangers s’élève à 2 715 000, soit un taux record de 6,58 % de la population ; les plus forts contingents sont les Italiens, les Polonais, les Espagnols, les Belges. Parmi les immigrés de l’Est et du Levant (Grèce, Turquie), beaucoup de Juifs. Ceux qui n’osaient pas tenter l’aventure du sionisme (l’installation en Palestine), n’avaient pas l’argent nécessaire au voyage vers l’Amérique ou se heurtaient aux quotas d’immigration, choisissaient de s’installer dans le "pays des droits de l’homme". En 1939, il devait y avoir près de 330 000 Juifs en France, dont plus de la moitié d’étrangers et un grand nombre de réfugiés devenus "indésirables". Parmi eux, au moins 75 000 juifs de nationalité polonaise et plus de 26 000 Français, enfants de Polonais ou de Français nés en Pologne.

Un bonheur en péril

Zalma Rosenthal épouse Ruchla en novembre 1931, une compatriote née en 1909. Jacques, naît à Avranches, le 23 mai 1934. Zalma exerce le métier de marchand forain
en bonneterie et vit dans une certaine aisance. Avec l’Occupation, l’heureuse réussite cesse brutalement. Les Juifs sont interdits d’exercer sur les marchés et M. Rosenthal doit liquider toute sa marchandise avant le 31 mars 1941.

Une éclaircie pourtant : la naissance d’Estelle le 19 juin 1942.Mais moins d’un mois plus tard, le 14 juillet 1942, les Allemands arrêtent le père de famille. Son épouse est
épargnée parce que maman d’un nourrisson.

Les Polonais, premières et principales victimes des rafles

Ces 13 et 14 juillet 1942, les Allemands procèdent à la première des quatre "rafles" qu’ils organiseront dans le département. Une opération d’ampleur régionale. Le point commun entre les quatre personnes arrêtées dans la Manche ? Elles sont désignées juives et sont toutes de nationalité polonaise. Finalement, les Polonais de première et de seconde génération (naturalisés français compris) formeront environ 45 % des déportés "raciaux", alors qu’ils constituent un peu moins du tiers de la population juive de France. Après une nuit à la prison d’Avranches, Zalma est convoyé en train, avec les époux Mainemer, au camp de Pithiviers. Son séjour y est bref car il est déporté le 31 juillet 1942 à Auschwitz par le convoi 13. Vichy a promis aux Allemands, avant la fin de l’année, la livraison de 40000 Juifs "indésirables" ; comprendre étrangers. Mais, excès de zèle et xénophobie, côté français, font que près de 42000 Juifs sont envoyés à Auschwitz jusqu’au 11 novembre 1942.

Un court répit

Les Allemands reviennent rue Changeons, le 11 octobre, dans le cadre d’une seconde rafle. Ruchla, Jacques et Estelle sont conduits à la prison d’Avranches. Selon le témoignage du gardien chef de la prison, Ruchla demande que ses enfants soient recueillis par un couple d’agriculteurs qui s’étaient occupés de Jacques. Paul Thomas est prévenu ; il repart de la prison avec le nouveau-né seulement. Ruchla et Jacques sont emmenés le lendemain à Rouen, avec 8 autres personnes, par la Feldgendarmerie de Granville. Deux semaines plus tard, ils entrent dans le camp de Drancy. Le 6 novembre, ils montent dans le convoi 42, destination Pitchipoï ("trou perdu" en yiddish). Espèrent-ils y retrouver Zalma ? 1000 déportés dont 218 enfants forment le convoi. Sur la Judenrampe d’Auschwitz, Ruchla et Jacques sont probablement séparés puisque la mère est sélectionnée pour travailler avec 81 autres femmes, et survivre encore six mois, jusqu’au 15 mai 1943. Son petit garçon de huit ans marche, seul, vers la chambre à gaz.

Photo du mariage de Zalma et Ruchla Rosenthal, novembre 1931 (coll. part.).La famille Rosenthal quelques jours avant l’arrestation de Zalma, photographiée dans le jardin familial, juillet 1942 (coll. part.).Jacques Rosenthal tenant sa petite soeur, Estelle, dans ses bras en juillet 1942 (coll. part.).

Estelle va grandir à Saint-Loup (canton d’Avranches), dans la famille Thomas. Paul et Élise obtiendront, après la guerre, la garde de leur protégée. L’État d’Israël leur a décerné le titre de Justes parmi les nations, en janvier 1992. En 1953, une loi israélienne qui institue le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, crée le titre de "Juste". Un alinéa de cette loi prescrit de rendre hommage aux "Justes parmi les Nations qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tout désintéressement".
Ce titre honorifique est remis, depuis 1963, à des personnes non-juives qui ont secouru des Juifs menacés par les nazis. Elles reçoivent une médaille spécialement frappée à leur nom et un diplôme d’honneur. Au 1er janvier 2019, le titre avait été décerné à 27 362 personnes à travers le monde, dont 4099 en France, ce qui la classe derrière la Pologne et les Pays-Bas. Mais la grande majorité des sauveteurs, restés anonymes, ne sont pas célébrés. Leur action a pourtant contribué à ce que les trois-quarts des 330 000 Juifs vivant en France échappent à la déportation. À ce jour, 32 Manchoises et Manchois (résidant dans le département au moment des faits) ont été honorés. Selon le Comité français pour Yad Vashem, ils ont porté secours à 33 personnes. Ils sont issus de tous les milieux socio-professionnels, avec une dominante dans le monde agricole. Une minorité participait à la lutte contre l'occupant dans la Résistance.

 

Famille Sourigon

Famille Sourigon

Joseph, Jacques et Jules Sourigon posant devant un Mont-Saint- Michel factice, s.d. (coll. part.).

Les premiers déportés cherbourgeois de la Shoah

Une famille rapidement intégrée

Fuyant l’antisémitisme en Turquie, Moïse et Rebecca Sourigon débarquent en 1924, à Marseille, avec Joseph, né en décembre 1922. Un deuxième enfant naît à Paris, Jacques en avril 1926. Jules voit le jour à Cherbourg en juin 1928. La famille Sourigon s’agrandit encore, malgré le décès de Rosalie en 1931, grâce à la naissance d’Albert en avril 1935. Les parents et l’aîné des enfants sont naturalisés français dès le 11 mai 1934. Moïse vend sur les marchés, puis achète en 1937 un café-restaurant qu’il transforme en commerces de confection sous les enseignes "Au pauvre Joseph" et le "Paradis des Dames".

Vendre avant d'être volé

Les premières mesures contre les Juifs fin 1940 inquiètent assez les Sourigon pour imaginer une vente rapide de leur commerce : les marchandises sont liquidées, puis, après autorisation de la Feldkommandantur 722, le fonds de commerce est vendu à un jeune couple dès avril 1941. Moïse qui reste propriétaire de l’immeuble, le fait transformer de façon à avoir deux locataires commerçants.

La famille devra désormais survivre grâce à ses seules économies jusqu’à la fi n de la guerre ; une épargne qui fond d’autant plus que la pénurie s’aggrave au fi l des mois, générant augmentation des prix et recours à un marché noir de plus en plus hors de portée.

Une "exception malheureuse"

Au printemps 1941, la famille part habiter Paris, s’y pensant en sécurité et moins isolée. Pourtant, dès le 20 août 1941, Moïse et Joseph sont arrêtés à leur domicile, lors de la seconde rafle à Paris. L’opération est confiée par les Allemands à la police municipale parisienne.

Elle vise tous les hommes, étrangers ou français, âgés de 18 à 50 ans, dans le 11e arrondissement dont les issues sont bouclées. Environ 3000 individus sont arrêtés. D’autres arrestations dans d’autres arrondissements portent le total à 4232 hommes, dont 1300 Français.

Tous sont conduits dans le camp de Drancy ouvert pour la circonstance. Les conditions de détention sont épouvantables : l’inconfort et la faim, bientôt le froid, provoquent
la mort de dizaines de détenus, interdits d’abord de correspondre avec leur famille. Rebecca obtient d’un médecin cherbourgeois, par l’intermédiaire d’une exemployée, un certificat médical en faveur de Joseph, croyant dans sa libération prochaine en janvier 1942.

Convoi 3

Mais à partir d’avril 1942, des internés de Drancy sont conduits à Compiègne et déportés. Puis c’est le déclenchement de la "Solution finale", l’extermination de tous les Juifs d’Europe. Les nazis prévoient le départ de convois de Drancy vers Auschwitz à partir du 22 juin 1942. Le 18 juin, Joseph écrit une dernière carte à sa mère : "Devant partir du camp dans un très court délai […] Chère petite maman, je te prie de ne pas te faire de mauvais sang pour nous car nous avons espoir et bon moral. Bons baisers. Jojo". 1000 internés "aptes au travail" doivent être sélectionnés, ni Turcs, ni Roumains, ni Hongrois ou Grecs. Il faudra donc ajouter des Français, même anciens combattants, même "inaptes temporaires" et 66 femmes de la prison des Tourelles. Salomon Benhaim, maître d’hôtel à Cherbourg puis cafetier à Rouen, arrêté quelques jours auparavant, fait partie du convoi n° 3. Le train part le 22 juin de la gare Bourget-Drancy à 9 h 20. À leur arrivée à Auschwitz le 24 juin, tous les déportés entrent dans
le camp et sont tatoués. On dénombrait 34 rescapés en 1945. Joseph et Moïse sont ensemble au moment du tatouage, leurs matricules se suivant. Le décès de Moïse Sourigon est enregistré dès le 1er août 1942. Meurt-il d’épuisement ou assassiné dans le baraquement des malades ? Joseph ne lui survit que quelques jours, déclaré mort le 10 août 1942.

Famille Savignac

Le reste de la famille rejoint la zone sud et se cache sous une fausse identité à Montauban jusqu’à la Libération. Mme Sourigon et ses fils regagnent alors Cherbourg et reprennent le commerce laissé en 1941. Ils ignorent la mort de Moïse et Joseph et peuvent espérer, avec la défaite du Reich, leur retour d’un camp de travail forcé.

Moïse Sourigon, photographié peu de temps avant son arrestation (coll. part.).Joseph Sourigon, photographié peu de temps avant son arrestation (coll. part.).Au "Pauvre Joseph", à Cherbourg. Rebecca Sourigon sur le pas de la porte, s.d. (coll. part.).

À partir du 21 août 1941 et jusqu’au 18 août 1944, Drancy sera un camp de regroupement et de transit des Juifs arrêtés dans toute la France, grâce à la proximité de trois gares. La garde et l’administration du camp sont confiées aux autorités françaises, mais le camp est sous la direction des Allemands qui décident de qui y entre et qui en sort. En juillet 1943, le camp sera entièrement placé sous administration allemande.
Le camp est organisé dans une construction de quatre étages en "U", partie inachevée d’un grand ensemble avant-gardiste construit entre 1931 et 1935, comprenant cinq tours de quatorze étages occupées, depuis 1938, par des gendarmes et leurs familles.
Camp de regroupement et réservoir d’otages en 1941, Drancy devient en 1942 la plaque tournante de la déportation raciale pour la France ; 63 000 Juifs ont transité par Drancy avant d’être déportés vers les camps d’extermination, principalement vers Auschwitz. Plus de huit Juifs sur dix déportés de France l’ont été depuis Drancy.


Famille Veesler

Famille Veesler

La famille Veesler au complet, s.d. (coll. part.).

"Maison de Paris" à Granville

Une famille française depuis 1933

Smil Veesler quitte la Roumanie pour la France au lendemain de la première guerre mondiale. Dès 1920, il vend de la confection au marché de Granville. En février 1925, il s’installe Rue des Quais, avec son épouse Claire, née Bobulesco. Leurs trois enfants naîtront à Granville, en 1925, 1928 et 1931.

Le couple tient le magasin de confection "La Maison de Paris", rue Alsace-Lorraine. Ils sont naturalisés français par un décret du 6 avril 1933. La loi du 10 août 1927 facilite les naturalisations, le délai nécessaire passant de dix à trois ans. Inquiète de son avenir démographique, la France accueille un grand nombre d’étrangers qu’elle intègre volontiers. Malgré le coût élevé des droits de sceau (deux mois de salaire moyen), 900 000 naturalisations sont effectuées entre 1927 et 1940.

Aryanisation-spoliation

Le 26 décembre 1940, le préfet de la Manche désigne un administrateur provisoire chargé de vendre l’entreprise Veesler, mais du propre aveu de ce dernier les potentiels acheteurs ne veulent pas acheter un fonds vendu sous contrainte. Le 19 juillet, le stock des marchandises est vendu au Service de Ravitaillement de l’État de Guernesey.

L’argent est déposé sur un compte bloqué, géré par l’administrateur. Le magasin, fermé, est occupé par un organisme de propagande, puis par les troupes d’occupation et la Défense passive. En vertu de la loi de juillet 1941, l’administration française fait main basse sur trois modestes immeubles appartenant à M. et Mme Veesler, et procède à leur vente le 22 avril 1943. Faute d’acheteur, la préfecture organise le 28 juillet une nouvelle adjudication, en rabaissant les mises à prix, sans succès.

Dramatique franchissement clandestin de la ligne de démarcation

Juin 1942 : début du port obligatoire de l’étoile jaune dans la zone occupée. Toute la famille quitte clandestinement Granville pour rejoindre dans le Périgord un cousin qui travailla à Granville. Mais elle est arrêtée le 7 juin à Salies-de-Béarn, en passant la ligne de démarcation. Selon son fils, Smil Veesler achète la remise en liberté de sa femme et de ses trois enfants, qui resteront réfugiés en Dordogne jusqu’à la Libération.

Le père est interné à Bayonne puis, en septembre, au camp de Mérignac (Gironde) qui relève de l’administration française. De là, il est transféré à Drancy où il écrit une dernière lettre le 23 septembre 1942.

Smil Veesler est déporté le 23 septembre 1942 par le convoi 36. Plus de la moitié des 1006 déportés sont des citoyens français. Mania Mielnicki et ses deux jeunes garçons, nés à Cherbourg, sont dans le transport. À leur arrivée, 399 hommes et 126 femmes sont conduits dans le camp d’Auschwitz-Birkenau et tatoués, les autres sont dirigés vers une chambre à gaz aménagée dans une fermette à 2 km de la Judenrampe où s’est arrêté le train. Quelle direction prit Smil ? Comme M. Veesler, Jacques Hazac de Cherbourg, Salomon Gattegno parti de Saint-Lô et la cherbourgeoise Rachel Tylmann sont capturés en tentant de franchir la ligne de démarcation, "piège à Juifs". Les deux derniers, également arrêtés en 1942, sont déportés à Auschwitz.

Alexandre et Héliane jardinant en Dordogne, s.d. (coll. part.).Claire Veesler et ses trois enfants, s.d. (coll. part.).Placard annonçant la vente publique le 22 avril 1943 des immeubles appartenant à la famille Wessler (sic), à Granville (Archives de la Manche, collection des placards de la seconde guerre mondiale, 303 Fi 52).

Sous prétexte d’éliminer l’influence juive dans l’économie française qui doit collaborer à leur effort de guerre, les Allemands imposent le recensement des entreprises juives et la nomination à leur tête d’administrateurs provisoires "aryens" avant le 26 décembre 1940, avec la mission de continuer à gérer l’entreprise jusqu’à sa vente ou liquidation.
"L’aryanisation" pouvait consister en l’éviction d’associés juifs, la vente "volontaire", la vente forcée ou la liquidation, lorsque l’affaire ne présentait pas d’importance pour l’économie nationale ou ne trouvait pas d’acquéreur. Selon Jean Pouessel, 11 affaires sur les 29 recensées dans le département en décembre 1940 ont été liquidées, 6 autres vendues. L’aryanisation des entreprises juives qui privait leurs propriétaires de leurs ressources et les marginalisait dangereusement était le préliminaire à leur élimination physique.
Après les entreprises, vient le tour des biens privés. En vertu d’une loi prise par le gouvernement de Vichy, le 22 juillet 1941, le bien immobilier qui ne sert pas d’habitation principale à son propriétaire juif, est placé sous le contrôle d’un administrateur provisoire chargé de le vendre.


Famille Zuker

Famille Zuker

Photo prise à La Fontainerie à Emondeville - De gauche à droite : Robert Galanter, Odette Zuker, Jean et Germaine Belair, Hasa Zuker, Madeleine Galanter, Hersen et Simone Zuker. Debout derrière, peut-être Georges Zuker, s.d. (coll. part.).

Une famille française

Au service de la France

Hersen Zuker a quitté la Roumanie à l’âge de 19 ans, en 1907. Lorsque éclate la première guerre mondiale, il s’engage dans la Légion étrangère, mais, blessé, il est réformé dès novembre 1914. En 1916, il épouse Hasa, née dans une province polonaise de la Russie. Le couple aura cinq enfants entre 1915 et 1929, tous nés à Paris. Les parents sont naturalisés français en 1925. Ce n’est qu’en 1938 que la famille s’installe à Cherbourg, tenant un petit commerce de fourrures, vente et réparations, et fréquentant les marchés de la région.

Lorsque la seconde guerre mondiale survient les deux garçons combattent dans l’armée française. Après la défaite et avec l’Occupation, Hersen doit liquider son entreprise dès janvier 1941. Soit qu’elle se préoccupe de se mettre à l’abri, soit qu’elle cherche d’autres moyens de subsistance, la famille quitte Cherbourg. Louis Gosselin, vicaire et aumônier à Cherbourg, paraît leur avoir trouvé un point de chute : la ferme tenue par Germaine Belair et son frère Auguste, à Emondeville (canton de Montebourg).

Évacués au village de la Fontainerie

L’installation des Zuker n’est pas clandestine. Dès février 1942, ils fi gurent à cette adresse sur une liste de Juifs de la Manche établie par les Allemands. En juin 1942, Hersen, Hasa, Simone et Odette retirent à la sous-préfecture de Cherbourg les deux étoiles qu’ils doivent coudre sur leur vêtement. Madeleine Galanter et son fi ls vivent à leurs côtés. Originaire de Pologne, Madeleine a acquis la nationalité française lors de son mariage avec René Galanter en 1931. Leur fils Robert est né à Paris, en avril 1932. Elle est indiquée "employée fourreuse" en octobre 1940. Protégés par leur nationalité française, les six réfugiés d’Emondeville échappent aux premières rafles. Mais en 1943, la répression s’étend aux Français.

Les 22 et 23 octobre, 16 personnes, toutes françaises, sont arrêtées. Le vendredi 22 octobre 1943, tôt en matinée, la Sûreté allemande et la feldgendarmerie de Valognes arrêtent les familles Zuker et Galanter à la Fontainerie, sauf Odette, 14 ans, appréhendée dans sa classe d’école à Emondeville. Le 25 octobre, le sous-préfet de Cherbourg, Lionel Audigier, alerte le préfet de la Manche et lui demande d’intervenir auprès des "autorités compétentes".

Convoi 62

Les six prisonniers séjournent une semaine à la prison de Saint-Lô, en compagnie d’Isaac Lobel, mécanicien, son épouse Blima et Madeleine, leur fi lle, 23 ans, étudiante en pharmacie ; tous les trois arrêtés à leur domicile à Cherbourg. Ils sont convoyés par des gendarmes français au camp de Drancy le 29 octobre. Le 20 novembre, avec Alfred Lévi, arrêté un an plus tôt à Montebourg et Gaston Weolffling, arrêté à Tessy-sur-Vire, ils font tous partie du convoi 62 qui emporte 1200 Juifs, dont 150 enfants, vers Auschwitz. Une majorité des déportés sont de nationalité française ; plus de 40 % sont même nés en France. 241 hommes et seulement 47 femmes sont sélectionnés pour les travaux forcés. À leur arrivée, les familles Zuker et Galanter sont dirigées vers l’un des nouveaux krematoriums mis en service, à l’intérieur du camp, en mars et juin de la même année. Leur mort a été fixée au 25 novembre 1943. Ils sont réduits à néant en quelques heures. Parmi les 74150 Juifs déportés de France, 69000 l’ont été à Auschwitz. Seuls 3500 sont revenus. Maurice et Georges, fils Zuker, ont échappé aux nazis, de même que les deux fils Lobel.

Courrier du sous-préfet de Cherbourg, Lionel Audigier, au préfet de la Manche, 25 octobre 1943 (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).Feuille d’émargement utilisée lors de l’attribution de "l’insigne spécial des Juifs" dans l’arrondissement de Cherbourg, juin 1942 (Archives de la Manche, sous-préfecture de Cherbourg, 2 Z 240).

Les krematorium II et III d’Auschwitz-Birkenau, opérationnels en 1943, sont conçus comme des usines intégrées, afin de tuer et réduire en cendres un maximum de personnes avec un minimum de moyens et dans un minimum de temps. Le vestiaire et la chambre à gaz, déguisée en douches, sont souterrains ; pour réduire le temps de passage des cristaux du Zyklon B à l’état gazeux, la chambre à gaz est chauffée. Elle est aussi équipée d’un puissant ventilateur afin d’envoyer rapidement les hommes du Sonderkommado ramasser les cadavres, qui, après prélèvement des bijoux et dents en or, sont élevés par à un monte-charge vers les fours crématoires, situés au rez-de-chaussée. D’autres détenus, y poussent les corps dans cinq groupes de trois fours d’incinération surpuissants et qui peuvent, ensemble, réduire en cendres mille "pièces" par jour, à raison
de deux adultes et plusieurs enfants par four. Une abominable ingénierie criminelle entourée d’un secret absolu.
D’après les travaux de Jean-Claude Pressac, 630 000 Juifs, adultes et enfants, ont été assassinés dans les chambres à gaz dès leur arrivée, sur les 800 000 personnes tuées à Auschwitz.


Les victimes manchoises de la Shoah

Les victimes manchoises de la Shoah

Nom Prénom Lieu d'attache dans la Manche Lieu de décès Date de décès Âge de décès
ALBAGLI Vitali Mortain Auschwitz 1944 34 ans
ALBAGLI Rachel née COHEN Mortain Auschwitz 1944 25 ans
ALBAGLI Michèle Mortain Auschwitz 1944 4 ans
BELZIDSKY Sarah née LITERAT Beaumont-Hague Auschwitz 1943 47 ans
BELLER Hersh
Polonais, interprète au sein de l’organisation Todt
à Cherbourg depuis octobre 1943, il est interné début
1944 à Aurigny pour avoir favorisé la désertion
de plusieurs employés.
Cherbourg Boulogne-sur-Mer 1944 46 ans
BENHAIM Salomon
Né en Algérie, interprète et maître d’hôtel
à Cherbourg en 1921, puis débitant à Rouen.
Il est arrêté à son domicile en juin 1942.
Cherbourg Auschwitz 1942 46 ans
BENSUSSAN Marie née LAVELAINE DE MAUBEUGE
Née à Cherbourg en 1872, bien que non juive, elle est
arrêtée à Antibes et déportée avec son époux en 1944.
Cherbourg Auschwitz 1944 71 ans
BESSIS Jules
Tunisien, commerçant cherbourgeois depuis 1927.
Cherbourg Auschwitz 1943 48 ans
BLAUSTEIN Lazare
Directeur-exploitant de cinémas à Cherbourg,
Bricquebec, Barneville-sur-Mer et Saint-Sauveur-le-
Vicomte. Arrêté dans la Loire en 1944.
Cherbourg Kaunas/Reval 1944 54 ans
BLAUSTEIN Jeanne
Fille du directeur des cinémas de Cherbourg,
infirmière à Paris au moment de son arrestation.
Cherbourg Auschwitz 1943 28 ans
BLUM Marcel
Juge au tribunal de première instance de Cherbourg,
puis juge d’instruction en 1930, il poursuit sa carrière
dans d’autres villes. Arrêté dans l’Allier en 1943.
Cherbourg Auschwitz 1943 47 ans
BOBULESCO Léon Granville Auschwitz 1942 52 ans
BOBULESCO Armand Granville Auschwitz 1942 20 ans
BOBULESCO Rodolphe Granville Auschwitz 1942 14 ans
BREMENER Saul
Père de Charles Lazare, né à Granville en 1915.
Granville Auschwitz 1943 66 ans
BREMENER Sophie née SCHAPIRA
Donne naissance à son deuxième enfant
à Granville en janvier 1915.
Granville Auschwitz 1943   65 ans
CHENDLER Ita
Roumaine, mariée religieusement à Moïse
Chetreanu, marchand de nouveautés
cherbourgeois. Elle est arrêtée en 1942 à Paris.
Cherbourg Auschwitz 1942  65 ans
COHN Erna née ALTERSOHN
Commerçante, mariée à Cherbourg en 1927
avec Benjamin Cohn. Donne naissance,
à Cherbourg, à Jacqueline en 1928.
Cherbourg Auschwitz 1942 39 ans
DALTROFF Mathilde née BLOCH Pirou Auschwitz 1944  85 ans
DALTROFF Jeanne Pirou Auschwitz 1944  59 ans
FRANSES Isaac
Algérien, réfugié à l’Hôtel d’Angleterre, à Carteret.
Carteret Auschwitz 1942 51 ans
FRIEDHEIM Moïse
Polonais, membre du bureau de l’Association cultuelle
israélite de Cherbourg fondée en 1922, il se marie
à Cherbourg en mars 1923.
Cherbourg Lublin-Maïdenek 1943 42 ans
FRIEDHEIM Sarah née NAJGEBLAT
Polonaise, mariée le 27 mars 1923 à Cherbourg, elle y
met au monde son premier enfant, l’année suivante.
Cherbourg Sobibor 1943 44 ans
FRIEDHEIM Ida
Née à Cherbourg en juillet 1924, elle est arrêtée en
même temps que sa mère, à Paris le 16 juillet 1942.
Cherbourg Auschwitz 1942 18 ans
GABAI Eugénie
Réfugiée chez un oncle à Cherbourg jusqu’en
octobre 1940, elle sera secrétaire au bureau de l’UGIF,
à Paris, lieu de son arrestation en juillet 1943.
Cherbourg Auschwitz 1943 19 ans
GABAI Albert
Réfugié, avec ses parents, chez son oncle
à Cherbourg, depuis 1939 et pendant plus d’un an.
Cherbourg Auschwitz 1944 16 ans
GALANTER Madeleine née SZOSTAK Emondeville Auschwitz 1943 33 ans
GALANTER Robert Emondeville Auschwitz 1943 11 ans
GATTEGNO Salomon
Ouvrier électricien domicilié, avec son épouse,
à Saint-Lô. Arrêté lorsqu’il tentait de passer
en zone sud.
Saint-Lô Auschwitz 1942 34 ans
GENADINIK Chaskel
Russe, père de deux enfants nés à Cherbourg
en 1924 et 1929, il est encore commerçant forain
en 1939, parti à Paris en décembre 1940.
Cherbourg Auschwitz 1942 54 ans
GENADINIK Cirel née EINIG
Polonaise, venue rejoindre son époux à Cherbourg
en décembre 1923. Elle part à Paris en 1940.
Cherbourg Auschwitz 1942 52 ans
GENADINIK Hélène
Née à Cherbourg le 21 décembre 1929 à Cherbourg.
Cherbourg Auschwitz 1942 12 ans
GOLDENBERG Simon Granville Auschwitz 1942  42 ans
GOLDENBERG Minka née JACOBSK Granville Auschwitz 1942  42 ans
GOLDENBERG Ruben Granville Auschwitz 1942 18 ans
GOLDENBERG Henri Granville Auschwitz 1942 11 ans
GROSZ Ladislas
Hongrois, vit avec son épouse et son petit garçon
plusieurs mois dans un hôtel au 44 rue de la Paix,
à Cherbourg, avant d’y être arrêté en mars 1944.
Cherbourg Bochum 1944 43 ans
GRUNBERG Vladimir Saint-Sauveur-le-Vicomte Auschwitz 1942 40 ans
GRUNBERG Maria née POPPER Saint-Sauveur-le-Vicomte Auschwitz 1942 39 ans
GRUNBERG Marc Saint-Sauveur-le-Vicomte Auschwitz 1942 14 ans
GRUNSZTEJN Salomon Cherbourg Auschwitz 1942 43 ans
GRUNSZTEJN Gitah née MIELNICKI Cherbourg Sobibor 1942 49 ans
GUITELMAN Leib
Né à Nantes, arrêté, à Paris,
en même temps que son père.
Saint-Lô-d’Ourville Auschwitz 1942 50 ans
GUITELMAN Henri
Né à Nantes, arrêté, à Paris,
en même temps que son père.
Saint-Lô-d’Ourville Auschwitz 1942 23 ans
HADINE Michone
Tailleur d’origine turque, marié à une Saint-loise,
il se réfugie chez ses beaux-parents.
Saint-Lô Auschwitz 1944 41 ans
HAZAC Jacques Cherbourg Auschwitz 1944 45 ans
HERMAN Surica  Saint-Jacques-de-Néhou Auschwitz 1942 62 ans
ISRAEL Eva née JOSEPH
Née à Cherbourg en octobre 1890, veuve,
mère de quatre enfants, commerçante à Lyon
au moment de son arrestation.
Cherbourg Auschwitz 1944 54 ans
KASSELIS Leizeras
Marchand forain lituanien résidant à Cherbourg
depuis 1933, père d’une fi lle née à Cherbourg en 1939.
Cherbourg Noisy-le-Sec 1944 42 ans
KATZ Maurice
Roumain, peintre en bâtiment à Cherbourg
où il est arrivé en 1924.
Cherbourg Auschwitz 1943 44 ans
KATZ Sophie née TURTUREANU
Domiciliée avec son époux et sa fi lle
48 rue Tour Carrée, à Cherbourg, en 1940.
Cherbourg Auschwitz 1942 47 ans
KATZ Béatrice Cherbourg Auschwitz 1942 17 ans
KORB Israël
Marchand de confiserie sur les marchés
de Cherbourg en 1935.
Cherbourg Kaunas / Reval 1944 39 ans
KRANCENBLUM Joseph
Domicilié rue Cachin à Cherbourg en 1930,
il est passager malgré lui du Léviathan,
en septembre 1930.
 Cherbourg Auschwitz 1943 41 ans
KRAUSZ Slavko Torigni-sur-Vire Auschwitz 1942 47 ans
KRAUSZ Clara née KLEIN Torigni-sur-Vire Auschwitz 1942 45 ans
LÉVI Alfred Montebourg Buchenwald 1945 29 ans
LIFCHITZ-AZERSKI Salomon
À résidé de 1915 à 1920 à Cherbourg, où son épouse
exerçait la profession de chirurgien-dentiste.
Cherbourg Kaunas / Reval 1944 57 ans
LOBEL Isaac Cherbourg Auschwitz 1943 60 ans
LOBEL Blima née BLUMENFELD Cherbourg Auschwitz 1943 55 ans
LOBEL Madeleine Cherbourg Auschwitz 1943 23 ans
MAINEMER Joseph Avranches Auschwitz 1942 48 ans
MAINEMER Dina née LANCA Avranches Auschwitz 1942 40 ans
MIELNICKI Isaac Cherbourg Auschwitz 1942 53 ans
MIELNICKI Leja née ZANTLANFER Cherbourg Pologne 1943 49 ans
MIELNICKI Mania née FAILER Cherbourg Auschwitz 1942 36 ans
MIELNICKI Robert Cherbourg Auschwitz 1942 4 ans
MIELNICKI Léon Cherbourg Auschwitz 1942 3 ans
MIELNICKI Yenta Cherbourg Auschwitz 1944 36 ans
MORDHO Bida
Grecque, aveugle, célibataire, professeur de solfège
et piano au Bon Sauveur de Saint-Lô, puis à l’école
Saint-Joseph de Bréhal et enfin aux écoles libres
d’Hambye.
Hambye Auschwitz 1942 40 ans
NORDON Berthe née LEVY
Épouse d’un industriel de Nancy, elle se réfugie
au début de la guerre avec deux de ses fi lles dans une
villa à Saint-Pair-sur-Mer, y séjournant plusieurs mois.
Saint-Pair-sur-Mer Auschwitz 1944  65 ans
POLITZER Georges
Professeur de philosophie au lycée de Cherbourg de
1926 à 1929. Intellectuel communiste organisateur du
premier réseau de résistance universitaire. Fusillé au
Mont Valérien le 23 mai 1942.
Cherbourg Suresnes 1942 39 ans
RACHOVITCH Aaron Saint-Lô Auschwitz 1942 41 ans
RATZ Julie
Marié en 1920 avec Cyrla Wach à Cherbourg,
il tient un hôtel à Cherbourg quelques années.
Abattu par les Allemands le 3 août 1944
en représailles d’une opération des résistants
dans l’Indre.
Cherbourg Diors 1944 51 ans
ROSENTHAL Zalma Avranches Auschwitz 1942 40 ans
ROSENTHAL Ruchla née ROSENTAL Avranches Auschwitz 1943 34 ans
ROSENTHAL Jacques Avranches Auschwitz 1942 7 ans
ROZENBERG Aya Lejb
Ingénieur, se marie à Cherbourg en 1927.
Ses deux enfants naissent à Cherbourg en 1927
et 1929. Divorcé en 1936.
Cherbourg Auschwitz 1944 50 ans
ROSSANO Joseph
Marchand forain, inscrit militaire à Cherbourg
en 1939, enregistré dans le registre de patentes
de 1941.
Cherbourg Kaunas / Reval 1944 36 ans
SCHNEEBERG Edouard
Entrepreneur de pompes funèbres à Paris,
il possédait une villa à Saint-Pair-sur-Mer,
où la famille venait régulièrement en vacances.
 Saint-Pair-sur-Mer Auschwitz 1943 67 ans
SISKINE Jacob
"Réfugié russe" célibataire,
il est fromager à Tourlaville.
Tourlaville Auschwitz 1942 53 ans
SNOEK Isaac
Né à Rotterdam en 1862, il est chef d’orchestre
au casino de Cherbourg en 1900 et encore en 1902.
Cherbourg Auschwitz 1942 88 ans
SOURIGON Moïse Cherbourg Auschwitz 1942 43 ans
SOURIGON Joseph Cherbourg Auschwitz 1942 19 ans
SUGAR Joseph
Hongrois, habite Gatteville pendant la guerre, travaillant
pour l’organisation Todt. Arrêté par les Allemands pour
appartenance à la Résistance.
Gatteville Normandie 1944 -
SZEKELY Ladislas
Entrepreneur hongrois de travaux pour
le compte des Allemands, il réside à Montfarville.
Agent du réseau "Arc en ciel", il est arrêté
en février 1942 par les Allemands.
Montfarville Bunchewald 1944 42 ans 
TYLMANN Meer
Veuf, père d’au moins deux enfants, il est enregistré
à Cherbourg de 1939 à 1941 comme marchand de
vêtements.
Cherbourg Kaunas / Reval 1944 56 ans
TYLMANN Rachel
Célibataire, née à Paris, elle exerce la profession de
commerçante avec son père à Cherbourg en 1930.
Cherbourg Auschwitz 1942  25 ans
VALLOBRA Daniel Carteret Auschwitz 1943 70 ans
VEESLER Smil Granville Auschwitz 1942 48 ans
WACH Mande
Polonais arrivé à Cherbourg en 1918, il y tient un hôtel
jusqu’en 1925. Arrêté à Montreuil-sur-Seine en 1942.
Cherbourg Auschwitz 1942 59 ans
WACH Tauba née BARENSTEIN
Vit à Cherbourg de 1919 à 1925,
jusqu’à son départ pour Le Havre.
 Cherbourg Sobibor 1943 58 ans
WEIL Julie née WILTENSTEIN
Domiciliée à Cherbourg en 1902, au moment
de son mariage, et en 1908, à la naissance de son fi ls.
En 1944, veuve, elle habite Poitiers.
Cherbourg Auschwitz 1944 68 ans
WEIL Samuel
Né à Cherbourg en juillet 1902, fi ls de Lucien
Joseph Weil, marchand tailleur, et de Julie Wiltenstein,
son épouse.
Cherbourg Auschwitz 1944 42 ans
WEOLFFLING Gaston
Diamantaire, réfugié de Paris, vivait avec sa compagne,
catholique originaire du Calvados, à Tessy-sur-Vire.
Tessy-sur-Vire Auschwitz 1943 71 ans
ZUKER Hersen Cherbourg/ Emondeville Auschwitz 1943 55 ans
ZUKER Hasa née PROTAS Emondeville Auschwitz 1943 49 ans
ZUKER Simone Emondeville Auschwitz 1943 21 ans
ZUKER Odette Emondeville Auschwitz 1943 14 ans

Sources et références bibliographiques

Sources et références bibliographiques

Services d'archives

- Archives municipales : Avranches, Cherbourg.
- Archives départementales : Manche, Calvados, Loire-Atlantique, Mayenne, Pyrénées-Atlantiques, Seine-Maritime, Somme.
- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (Caen).
- Mémorial de la Shoah (Paris).
- Comité français pour Yad Vashem (Paris).
- Archives nationales (Paris).
- Yad Vashem - Institut international pour la mémoire de la Shoah (Jérusalem).

Témoignages recueillis depuis 2012

Suzanne Belair, Martine Belzidsky-Guenin, Nadine Belzidsky, M. Bertrand, Jean Cabart, Thierry Denize, Gérard Eder, Jay Frankston, Gadi Golan, Jeanne-Hélène Kozloff, Philippe Letouzey, Yvette Lévi-Pain, Jean Maignan, Madeleine Mielnicki-Drouet, Marcelle Pipkis-Bomberg, Simone Popper-Magneron, Jacques Prelman, Jean Rolley, Hilda-Rose Rozman, Brigitte Sourigon, Maurice Sourigon, Mme Travert, Michel Tucar, Alexandre Veesler.

Témoignages écrits

Monique Krausz (1987), Jeanne Lemarchands (1971), David Lobel (1961), Anne-Marie Mainemer (1986), Henri Martin (2000), Etienne Rolley (1949).

Publications d'histoire locale

- Michel BOIVIN. Les Manchois dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tome 3. Marigny, Eurocibles, 2004.
- François CHETREANU. La présence juive dans le Cotentin et à Cherbourg, 1866-1950. Mémoire maîtrise, Caen, 2001.
- Olivier JOUAULT. Les Juifs manchois dans la tourmente. Les Docu’Manche n° 2. Service éducatif des archives départementales de la Manche, janvier 2018.
- Olivier JOUAULT. Instructions préfectorales sur l’insigne spécial des Juifs (Manche, 2 juin 1942). Didac’doc n° 26, Service éducatif des archives départementales de la Manche, février 2012.
- Olivier JOUAULT. Le sous-préfet de Cherbourg rend compte au préfet de l’arrestation d’israélites français par les Allemands (Émondeville, Cherbourg, 25 octobre 1943). Didac’doc n° 33. Service éducatif des archives départementales de la Manche, novembre 2012.
- Yves LECOUTURIER. Shoah en Normandie. Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2004.
- Jean POUESSEL. « La spoliation des biens juifs dans le département de la Manche 1940-1944) » dans Revue de la Manche, n° 171, juillet 2001.
- La famille GRUNBERG. De Saint Sauveur-le-Vicomte à Auschwitz. Collège Barbey d’Aurevilly, Saint-Sauveur-le-Vicomte, non daté.
- 1945. Libération des camps et découverte de l’univers concentrationnaire crime contre l’humanité et génocide. Collège Raymond Le Corre, Equeurdreville-Haineville, 2005.
- D’Avranches à Auschwitz. Estelle, petite fille cachée d’Avranches. Bande dessinée. Lycée Littré, Avranches, 2013.
- L’impossible oubli. Bande dessinée d’après les mémoires d’Anne-Marie Mainemer. Lycée Littré, Avranches, 2015.
- Un silence trop long. Roman graphique à la mémoire d’Alexandre Veesler. Lycée Julliot de la Morandière, Granville, 2019.

Quelques ouvrages plus généraux

- Sylvie BERNAY. L’Église de France face à la persécution des Juifs 1940-1944. Paris, CNRS éditions, 2012.
- Tal BRUTTMANN. Au bureau des affaires juives. L’administration française et l’application de la législation antisémite (1940-1944). Paris, La Découverte, 2006.
- Marc-André CHARGUERAUD. 50 idées reçues sur la Shoah. Tome premier. Genève, Labor et Fides, 2012.
- Didier EPELBAUM. Les enfants de papier. Les Juifs de Pologne en France jusqu’en 1940. Paris, Grasset, 2002.
- Jacques FREDJ. Les Juifs de France dans la Shoah. Gallimard, Mémorial de la Shoah, 2011.
- Ivan JABLONKA. Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Paris, Seuil, 2012.
- Martin JUNGIUS. Un vol organisé. L’État français et la spoliation des biens juifs. 1940-1944. Paris, Tallandier, 2012.
- Laurent JOLY. L’État contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite. Paris, Grasset, 2018.
- Serge KLARSFELD. Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution fi nale de la question juive en France. 1942. Paris, Fayard, 1983.
- Serge KLARSFELD. Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France. 1943-1944. Paris, Fayard, 1985.
- Serge KLARSFELD. Le Mémorial des enfants juifs déportés en France. Paris, Fayard, 2001.
- Serge KLARSFELD. L’étoile des Juifs. Paris, L’archipel, 2002.
- Serge KLARSFELD. Mémorial de la Déportation des Juifs de France. Paris, Association des filles et fils des déportés juifs de France, 2012.
- Nicolas MARIOT, Claire ZALC. Face à la persécution, 991 Juifs dans la guerre. Paris, Odile Jacob, 2010.
- Catherine POUJOL. L’Église de France et les enfants juifs. Des missions vaticanes à l’affaire Finaly (1944 - 1953). Paris, PUF, 2013.
- Renée POZNANSKI. Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Paris, Hachette, 1994.
- Jean-Claude PRESSAC. Les crématoires d’Auschwitz. La machinerie du meurtre de masse. Paris, CNRS, 1993.
- Jacques SEMELIN. Persécutions et entraide dans la France occupée. Comment 75 % des juifs en France ont échappé à la mort. Paris, Les Arènes - Seuil, 2013.
- Patrick WEIL. Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution. Paris, Grasset, 2002.
- Annette WIEVIORKA, Michel LAFFITTE. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin, 2012.


Partager sur Facebook