Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

L'histoire au fil des tapisseries du musée d'art et d'histoire de Saint-Lô

L'histoire au fil des tapisseries du musée d'art et d'histoire de Saint-Lô

Appel à communication

Organisées à l’initiative de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche (SAHM) et les Archives départementales Maison de l’histoire de la Manche. Les Rencontres Départementales de l’Histoire sont un évènement annuel, tournant autour d’une thématique historique et/ou patrimoniale en lien avec le département.
Chaque édition associera une des sections de la SAHM (Granville, Saint-Lô et Valognes).

La première édition des " Rencontres Départementales de l'Histoire "

Pour la première édition, les 20 et 21 novembre 2020, nous aurons un partenariat spécifique avec le musée d’art et d’histoire de Saint-Lô. La thématique retenue, « L’histoire au fil des tapisseries du musée d’art et d’histoire de Saint-Lô », s’articulera autour des huit tapisseries des amours de Gombault et Macée. A ce jour, le musée de Saint-Lô est le seul à posséder cette série complète. Ces tapisseries ont peut-être été réalisées à Bruges vers 1600 (on peut situer une fourchette allant de 1590 à 1640). C’est madame Crick-Kuntsiger1 qui, dans les années 1950, a remarqué dans la lisière droite de la tapisserie intitulée « Le Repas », le dessin d’une broche de tapisserie, qu’elle identifia comme étant la marque d’un atelier de Bruges. Les cartons qui ont servi de modèle sont de Laurent Guyot qui obtint en 1610, à la mort d’Henri Lerambert, le titre de « Peintre pour faire les patrons de tapisseries que Sa Majesté fait faire ».
L’ouverture de cette première édition, se fera le vendredi 20 novembre à partir de 14h30 à l’auditorium des Archives départementales.
Le reste des communications aura lieu Le samedi 21 novembre au musée d’art et d’histoire de Saint-Lô, dans la salle des tapisseries.

Les thèmes abordables

Ces tapisseries pourraient être inspirées d’un texte du XIV° siècle, attribué à Henri Baude. Cependant la trace de ce texte n’a pas été retrouvée dans les manuscrits qui renferment son œuvre.
Les tapisseries abordent une thématique pastorale, en retraçant les plaisirs et les fatigues de la vie champêtre au XVIe siècle. Elles sont un témoignage sur la vie rurale de cette époque. Il
s’agit toutefois d’une vision idéalisée de cette vie pastorale. Les costumes des bergers sont plus proches de ceux des courtisans que de simples paysans.
Chaque tapisserie comporte un poème en lien avec le thème traité. La dimension grivoise y est très présente, aussi bien dans l’iconographie que dans les textes. La faune et la flore ont
également une place très importante. En effet, un grand nombre de plantes et d’animaux sont représentés, notamment dans la partie inférieure de chacune des tapisseries.
Ces tapisseries ont pu être réalisées dans des ateliers différents, et à des moments différents.