Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Affichage détaillé (Toute l'histoire du département)


Jazz sous les pommiers

Le 29/08/2021 par Marjorie Groult

Focus sur trois artistes en résidence !

Le festival coutançais Jazz sous les pommiers est un évènement incontournable dans le département mais aussi au niveau national, le public venant parfois de loin pour assister aux concerts. Il attire également les artistes, proposant des résidences qui donnent lieu à des créations de qualité. Trois musiciens très renommés dans le domaine du jazz ont d’ailleurs eu l’occasion d’en faire l’expérience ces dernières années et en gardent un souvenir mémorable !

Illustration 1
Jazz sous les Pommiers du 4 au 11 mai 2002. Archives de la Manche, 201 Fi 1/134

Le premier d’entre eux est Thomas de Pourquery : né en 1977 à Bondy, ancien rugbyman, saxophoniste, chanteur, mais aussi acteur, cet artiste a plus d’une corde à son arc !

Lauréat de plusieurs récompenses (il a remporté deux Victoires du jazz – meilleur album de l’année en 2014 pour Play Sun Ra, artiste de l’année en 2017 –, et a été finaliste du Prix du disque français de l’Académie du jazz), il a collaboré avec de nombreuses personnalités telles que Jeanne Added, Mick Jones ou le groupe d’électro Metronomy.

En 2011, il entre en résidence pour trois saisons à Jazz sous les pommiers. Le festival ne lui est alors pas inconnu : il est déjà venu y jouer avec son groupe Supersonic l’année précédente. Plusieurs créations voient ainsi le jour : « Battle sous les pommiers » en 2012 avec son groupe DPZ opposé, en musique, à un quartet québécois mené par le saxophoniste Franck Lozano ; en 2013, « Crooner », dans lequel le musicien reprend de grands standards de Broadway, joués et interprétés avec le Big Band de l’école de musique et l’Orchestre d’harmonie de Coutances, et V!K!NG, réalisé avec Maxime Delpierre, qui délaisse un peu le jazz au profit de la musique pop ! ; en 2014, il termine en fanfare avec la création de la Méga Soufflerie !

Ses impressions sur ces trois années ? Très fort, émouvant, et une grande chance de venir jouer au festival ! Il considère cette expérience comme une étape marquante dans son parcours de musicien, qui l’a aidé à assumer son nom et lui a donné les moyens de créer des projets et d’être entendu.

Et la Manche dans tout ça ? Magnifique, et hyper belle, notamment Agon‑Coutainville, mais aussi Regnéville et son chantier naval !

Illustration 2
Jazz sous les Pommiers du 20 au 27 mai 95. Archives de la Manche, 201 Fi 1/292

En 2015, c’est Airelle Besson qui prend le relais, sur les bons conseils de Thomas de Pourquery !

Née en 1978 à Paris, trompettiste, violoniste, compositrice et arrangeuse, la musicienne a une solide formation musicale : élève dans plusieurs conservatoires à Paris, des études de musicologie effectuée à la Sorbonne, elle intègre également le Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où elle obtient le premier prix de jazz.

En 2015, elle remporte une Victoire du jazz pour la Révélation instrumentale française de l’année, et le prix Django-Reinhardt qui récompense chaque année un musicien français s’étant distingué lors d’un concert, par un enregistrement ou une œuvre.

Elle a travaillé avec plusieurs musiciens, orchestres et groupes, et en a même créé plusieurs. Comme son prédécesseur, Airelle Besson connaissait déjà le festival avant sa résidence, s’y étant produite au début des années 2000. Sa première année de travail a ainsi donné lieu à plusieurs évènements : un café‑concert consacré à Miles Davis et une carte blanche pour laquelle elle a invité plusieurs musiciens de renom : le guitariste Nelson Veras, et le violoncelliste Vincent Segal. Un quartet voit également le jour avec Benjamin Moussay au piano, Fabrice Moreau à la batterie et Isabel Sörling au chant.

Tous ces artistes se produisent tous ensemble lors d’un concert évènement ! En 2016, elle participe à deux créations : la première s’intitule Hyphen et a été réalisée avec les écoles de musique de Coutances et Granville. La deuxième réunit Airelle Besson, la chanteuse coréenne Youn Sun Nah, l’Orchestre régional de Normandie et un trio jazz composé du pianiste Benjamin Moussay, du contrebassiste Stéphane Kerecki et du batteur François Laizeau, donnant lieu à un concert composé de morceaux spécialement crées pour l’occasion.

La dernière année de résidence offre à Airelle Besson l’occasion de se produire avec la comédienne et chansigneuse Clémence Colin pour le projet « Signes et sons ». Les deux artistes ont notamment travaillé avec les élèves de CM1 de l’école primaire Claires Fontaines de Coutances inscrits dans le dispositif de l’orchestre à l’école, et les enfants sourds et malentendants du Centre de Ressource de l’Ouïe et de la Parole (CROP) à Caen. Les enfants se sont ensuite produits sur scène avec elles, dans un concert inédit, en musique et en langue des signes.

Airelle Besson a un ressenti très positif sur cette résidence et festival qu’elle trouve accueillant, familial et convivial, et qui donne de la visibilité à des musiciens qui exercent parfois hors des sentiers battus.

Illustration 3
Jazz sous les Pommiers du 19 au 26 mai 2001. Archives de la Manche, 201 Fi 1/133

En septembre 2017, Anne Pacéo s’installe à Coutances pour trois années de résidence !

Née à Niort en 1984, elle passe les premières années de sa vie en Côte d’Ivoire et commence la batterie à l’âge de 10 ans. Elle étudie son instrument dans plusieurs écoles et conservatoires. Elle se fait connaître grâce au Laboratoire de la création à La Fontaine, à Paris. Elle collabore par la suite avec de nombreux artistes français et internationaux tels que le guitariste Christian Escoudé, Rhoda Scott, Andy Sheppard, Jeanne Added, Ibrahim Maalouf ou encore Philippe Catherine. Elle a également obtenu plusieurs Victoires du jazz (révélation jazz en 2011, artiste jazz de l’année en 2016 et 2019) et a réalisé près de huit albums, tous encensés par la critique.

Sa résidence à Jazz sous les pommiers donne lieu à plusieurs créations, dont certaines ont été écrites chez l’habitant : en 2018, elle propose ainsi Bright Shadows, qui mélange notamment jazz, musique électronique et voix. Elle s’entoure pour cela des trois musiciens Pierre Perchaud, Christophe Panzani et Tony Paeleman et des voix de Florent Mateo et Ann Shirley.

En 2019, quatre projets voient le jour : une « création-rencontre » avec le saxophoniste Archie Shepp et le pianiste Alain Jean‑Marie ; un projet nommé Rewind, dans lequel elle mélange une nouvelle fois les genres musicaux et s’entoure de plusieurs artistes aux talents multiples : le bassiste Sylvain Daniel, le guitariste Matthis Pascaud, et à les rappeurs Racecar, Mike Ladd et Osloob ; des concerts chez l’habitant ; Alegria, aux sonorités plus douces, pour lequel Anne Pacéo s’est entourée de musicien d’origine brésilienne.

La dernière année de résidence a quant à elle été rythmée par plusieurs évènements : « Quartet sous les pommiers », pour lequel la batteuse s’est produite sur l’exploitation de Damien Lemasson, producteur de cidre, un concert nommé Voyages donné au théâtre municipal de Coutances, et S.H.A.MA.N.E.S., inspiré par les pratiques vocales chamaniques.

De ces trois années dans la Manche, Anne Pacéo en garde un très bon souvenir : elle n’a jamais autant écrit et composé ! Les Normands ? Ils sont, selon ses mots, chaleureux, accueillants et bienveillants. Elle a également pu apprécier la Normandie à travers son bocage, ses champs, ses pommiers et ses plages « incroyables ». Et la ville de Coutances ? Elle s’y sent comme chez elle, apprécie sa petite taille qui rend possible une proximité plus grande avec le public, sans clivage, et dans une grande effervescence.

Et pour terminer cet article sur une bonne note, quoi de mieux qu’un concert réunissant nos trois résidents, qui évoquent ensemble leurs souvenir et leur attachement à Coutances ! Airelle Besson, Anne Pacéo et Thomas Pourquery se sont en effet produits tous les trois en février 2020 au théâtre de Coutances. En voici un petit extrait :

Anne Paceo / Airelle Besson / Thomas de Pourquery - Théâtre de Coutances le 14/02/2020


Pour en savoir plus sur le festival Jazz sous les pommiers

  • Buzelin, Jean (Préf.), Dagorme, René-Paul (Photogr.), Jazz sous les pommiers 83-84 : festivals de Coutances, Coutances, Comité coutançais d'action culturelle, OCEP, 1984-1987, 62 p.
  • Jazz sous les pommiers : l’abécédaire illustré, Saint-Lô, Big Red One, 2021, 200 p.
  • Jazz sous les pommiers 83-84, Coutances, Comité coutançais d'action culturelle, Festivals de Coutances, 1984.
  • Tanneau, Michel, Texier, Henri (Préf.), Sous les pommiers, le jazz, Coutances, Comité coutançais d'action culturelle, 2001, 157 p.
  • Affiches du festival