Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Affichage détaillé (Toute l'histoire du département)


Le naufrage de la Blanche-Nef

Le 24/11/2020 par Marjorie Groult

Le 25 novembre 1120, le prince Guillaume Adelin, fils du roi Henri Ier Beauclerc, périt en mer.

Dans cette histoire, le naufrage de la Blanche-Nef, survenu au large de Barfleur le 25 novembre 1120, le prince Guillaume Adelin (héritier du trône d'Angleterre), fils du roi Henri Ier Beauclerc, périt en mer avec pas moins de 140 hauts barons et dix-huit dames de haute naissance.

Henri Ier, roi d’Angleterre et duc de Normandie, fils de Guillaume Le Conquérant, doit alors rejoindre l’Angleterre, accompagné de ses deux fils embarqués à bord d’un autre bateau, le tristement célèbre Blanche-Nef.  Près de 300 personnes montent à bord. Peu de temps après son départ, le bateau heurte le rocher de Quilleboeuf au large de Gatteville et sombre au fond de l’eau. A cela, deux raisons : on dit que les prêtres et autres membres du clergé venus bénir le bateau avant son départ, comme le veut la coutume, ont été moqués par les voyageurs. Ils quittèrent le pont sans qu’aucune bénédiction ne soit donnée. On raconte également que les marins et les passagers auraient trop fêté leur départ, laissant partir le bateau trop tardivement.

Malédiction ou erreur humaine ? Le bilan humain est lourd : un seul passager survit, Bérold, un boucher de Rouen. Henri Ier n’a plus d’héritier, on le dit dévasté. Ce drame n’est également pas sans conséquence : à la mort du roi en 1135, la succession au trône d’Angleterre se retrouve sans héritier mâle, engendrant un nouveau conflit entre Étienne de Blois, petit-fils de Guillaume Le Conquérant qui s’est auto-proclamé roi d’Angleterre, et Mathilde dite l’Emperesse, fille d’Henri Ier de Beauclerc, qui parviendra néanmoins à retrouver ses droits au royaume d’Angleterre au bout de dix années.

Le naufrage est notamment raconté dans un document intitulé Triste histoire, rédigé par le Comte de Pontgibaud en 1885, ainsi que dans l’Appendice à la légende de la Blanche-Nef, numérisés et consultables en ligne.

Plusieurs auteurs évoquent aussi ce naufrage dans leurs écrits dès le 12e siècle : Orderic Vital dans Historia ecclesiastica, mais aussi Robert Wace, célèbre poète normand, dans son Roman de Rou.

Il inspire également des auteurs plus contemporains : Pierre Godefroy, homme politique manchois, fondateur du Prix littéraire du Cotentin et du Prix Alexis de Tocqueville, dans son roman-poème Le naufrage de la Blanche-Nef, mais aussi le célèbre écrivain Ken Follett qui, dans sa saga Les Piliers de la Terre, parle d’un certain « Vaisseau blanc » qui a coulé au large de Barfleur dans la nuit du 25 novembre 1120.

Illustration 1

Pour plus d’informations sur les ouvrages cités :

Livres d'Orderic Vital, dont le livre traduit Histoire de Normandie est également consultables sur Gallica :

Le Roman de Rou, également consultable sur Gallica : Le Roman de Rou sur Gallica

Le bateau du père ; Le naufrage de la Blanche Nef ; Richard sans peur / Pierre Godefroy

Les Piliers de la Terre / Ken Follett

Illustration 2
Histoire d'Angleterre, représentée par figures, accompagnées d'un précis historique, BIB ANC C 244