Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Affichage détaillé (Toute l'histoire du département)


Inventaire des papiers après le décès de François Daireaux, de Théville

Le 07/05/2018

Exercice de paléographie #5 2017-2018 donné à l'occasion des ateliers d'initiation à la paléographie

 

Transcription

source : Arch. dép. Manche, Notariat de Saint-Pierre-Eglise, 5 E 11320, f°56


(En haut à gauche : veu 29 febvrier ; en haut à droite : 56)

Le vingt septiesme de febvrier mil six centz quatre vingt saize, /2 nous soubssignez Guillaume Daireaux, prebstre, maistre Jean Gardin, Jean /3 Daireaux et François Renou, parens de l’enfant soubaagé[1] de feu /4 François (en interligne : Daireaux), de Theville[2] ; en vertu de la deliberation et pouvoir à nous /5 donnez par icelle le trentiesme jour de janvier, année presente, nous avons /6 procedé a l’inventaire des lettres et escritures de la succession dudict Daireaux /7 en la manière qui ensuit. En la presence de la veufve dudict (soub : rayé) Daireaux, /8 tutrice dudict soubagé, et de Guillaume, Christophle et Denys, ses autres /9 enfans, de present aagez. Apres avoir fait l’ouverture du coffre fermé /10 dans lequel il y avoit une caisse ou estoient lesdictes (en interligne : lettres) dudict deffunct, concernant /11 le bien et revenu dudict (en interligne : feu) François Daireaux. /12

Et premierement /13

Un contract de mariage en parchemin de François Daireaux et /14 de Roberte Anquetil, passé devant Jean Renou et Lucas, le traiziesme /15 de febvrier mil six centz soixante et neuf. /16

Un autre contract en parchemin de vente faite par Gilles /17 Vastel a maistre François Daireaux, curé de ladicte parroisse de Theville, /18 passé devant Richard de Meautis et Anthoine Jean, son adjoinct, /19 le dix huictiesme de janvier l’an mil six centz cinquante et trois. /20

Un autre contract en parchemin passé devant Marin Hervieu /21 et son adjoinct, contenant amortissement de dix livres de rente /22 hypotheque, faict a Gilles Vastel le vingt deuziesme d’aoust mil six centz /23 soixante et trois. /24

Une sentence en parchemin entre ledict Daireaux, deffunct, et La Mare /25 Guyot[3], le vingtiesme jour de janvier mil six centz soixante et unze. /26

Une quittance (en pay : barré) de Madame de Theville, de la somme de six livres /27 le quinziesme de juillet mil six centz quatre vingt quinze. /28

(signé :) Douce (avec paraphe)[4]. /29

Une autre quittance du (sic) Guillaume Vastel, sieur du Marests, de la /30 somme de dix livres, en datte mil six centz quatre vingt dix, le dixiesme /31 jour de septembre. /32

Toutes lesquelles pieces d’escritures cy dessus mentionnez /33 ont esté mises entre les mains de ladicte veufve, tutrice dudict mineur, /34 pour en faire bonne et seure garde et les representer lorsqu’il en /35 sera besoin. Presence des susdicts nommez, cedict jour et an. /36

Suivent les signatures[5].



[1][1] N’ayant pas l’âge, mineur. Apparemment, si, à cette époque, la majorité pour le mariage est de 25 ans, elle est de 21 ans pour l’héritage (d’après la reconstitution généalogique de la famille).

[2] Théville : Ancien canton de Saint-Pierre-Eglise.

[3] Ce peut être un Guyot, sieur de la Mare.

[4] Vraisemblablement pour des motifs de contrôle, le nommé Douce(t) a profité d’un espace pour signer.

[5] Naturellement, le recours aux actes ci-dessus mentionnés, quand ils subsistent, permet de mieux connaître cette famille.

Illustration 1