Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Affichage détaillé (Toute l'histoire du département)


"Nous avons connu notre record d'alertes aériennes en une journée" Léo, 26 avril 1944

Le 13/02/2019 par Jérémie Halais, Nicolas Bourdet

Les archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche, répondent aujourd'hui à Léo, un adolescent de 14 ans, qui témoigne sur Facebook des événements de l'année 1944, à Cherbourg et à Saint-Lô.

L'année 1944 est marquée par une importante activité aérienne.

Neuf alertes en une seule journée

De janvier à mai 1944, Jean Pen, élève au collège Leverrier, à Saint-Lô, relève dans son journal 182 alertes, soit une moyenne de 36 alertes par mois, un peu plus d'une alerte par jour. Mensuellement, l'évolution est à la hausse avec 8 alertes au mois de janvier, 3 en février, 23 en mars, 76 en avril et 72 en mai. La journée du 24 avril 1944 constitue une journée record, avec 9 alertes (AD50, 7 J 402, journal de Jean Pen, janv.-juin 1944).


En mai, le préfet confirme les observations du collégien : "Les attaques aériennes qui étaient devenues plus rares dans la première quinzaine de mars ont repris fin mars, et, au cours du mois d'avril, il y a lieu de noter une intensité plus accrue que celle qui avait été enregistrée jusqu'alors. […] Il faut compter, par exemple, à Saint-Lô, une moyenne de 2 heures et demie à 3 heures d'alerte par jour. Il n'est pas rare de voir en 24 heures la ville de Saint-Lô, comme toutes celles du département, subir jusqu'à 10 à 12 alertes."

La lassitude des Saint-Lois

Devant la répétition des alertes, les Saint-Lois se lassent. Ils continuent à ne pas respecter les consignes de défense passive. Le 2 mars 1944, alors que la sirène sonne, Mme Flattet observe que "le personnel de la préfecture est en bavardage" et que, "pour tous", il s'agit d'une "récréation" (AD50, 1 Mi 24, journal de L. Flattet, 2 mars 1944). Selon le préfet de la Manche, en avril-mai 1944, à Saint-Lô, "la population ne réagit plus du tout aux alertes sous prétexte que l'activité aérienne, qui se développe chaque jour davantage, ne donne pas lieu à des bombardements".

Illustration 1
Avis relatif aux mesures de Défense passive, "Courrier de la Manche", 27 juillet 1940 (Archives de la Manche, 3 Jal 42)