Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Affichage détaillé (Toute l'histoire du département)


"Je n'ai pas vu les avions, je n'ai fait que les entendre" Léo, 15 février 1944

Le 08/02/2019 par Jérémie Halais, Nicolas Bourdet

Les archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche, répondent aujourd'hui à Léo, un adolescent de 14 ans, qui témoigne sur Facebook des événements de l'année 1944, à Cherbourg et à Saint-Lô.

Léo pose plusieurs questions qui préoccupent certainement nombre de Manchois durant ces premiers mois de l'année 1944 : Pourquoi les civils ont-ils à subir autant de bombardements ? Pourquoi ceux-ci ne touchent-ils pas seulement les installations militaires allemandes ? Le Débarquement et les combats se dérouleront-ils chez nous en Normandie ?

Les bombardements et la propagande

Ce mardi 15 février 1944, une centaine d'avions survolent le nord Cotentin, bombardant le secteur entre Sottevast et Brix. Les objectifs visés sont probablement des ouvrages allemands situés à Couville et Sottevast. Un hameau à Négreville a été complétement détruit. De nombreuses lignes téléphoniques ont été coupées. Ces bombardements sont instrumentalisés par la propagande allemande et celle de Vichy. Les murs se couvrent ainsi d'affiches dénonçant "les crimes anglo-américains".

Illustration 1
Bombardement sur le Cotentin, 1944 (Archives de la Manche, 13 Num 6100)

La presse locale, elle aussi sous le contrôle de l'occupant, apporte des réponses aux interrogations de Léo. Ainsi cet article de Cherbourg-Éclair qui paraît le même jour que ces bombardements, le 15 février 1944, et qui reproduit un article allemand intitulé : " Comment pourrait s'effectuer le débarquement ? ".

Illustration 2
"Cherbourg-Eclair", 15 février 1944 (Archives de la Manche, collection des journaux anciens)

Quant aux bombardements touchant les civils, voici un exemple d'articles les dénonçant. Il paraît dans Cherbourg-Éclair le 17 février 1944. Il revient sur les nombreuses victimes dues aux bombardements deux jours plus tôt dont parle Léo et tente de mobiliser l'opinion et déclencher l'hostilité envers les Alliés.

Illustration 3
"Cherbourg-Eclair", 17 février 1944 (Archives de la Manche, collection des journaux anciens)