Réduire les caractères Augmenter les caractères Augmenter les contrastes Imprimer

Les registres de catholicité

Depuis le Concordat de 1801, et surtout depuis 1804, l’Église catholique fait tenir par ses curés des registres de catholicité en double exemplairequi prennent la suite des registres paroissiaux.

Le premier exemplaire est conservé par le curé ; le second exemplaire est envoyé aux archives diocésaines.

Ces registres ne comprennent que les sacrements délivrés par l’église. Ils sont donc lacunaires par rapport à la population civile (juifs, protestants, Petite église anticoncordataire, athées, agnostiques). Mais pour le XIXe dans la Manche, ces registres représentent la grande majoritée de la population.

Bien que nous n’en n’ayons aucune preuve, il n’est pas impossible que les adhérents de la Petite Église (anticoncordataire) aient volontairement omis, sous la Restauration (1815-1830), voire la Monarchie de Juillet (1830-1848), de faire rédiger les actes qui les concernaient par l’autorité civile, et, à plus forte raison, par le curé de la paroisse (à Dangy, Anneville-en-Saire, Bréville, vallée de Brouains).

Ces registres de catholicité sont accessibles en ligne sur internet jusqu'en 1880 (6 Mi 1 à 232) ; Et pour certains exemplaires de paroisses, déposés aux archives départementales dans la sous-série 300 J.

Registres de catholicité numérisés