Toutes les ressources Gazeau, Véronique (direction du colloque) 2 résultats (3ms)

L'abbaye de Savigny (1112-2012)

408 AV 1-3 , jeudi 04 octobre 2012  

ARGUMENT : Aux confins de la Manche, de l'Ille-et-Vilaine et de la Mayenne, l'abbaye de Savigny est le seul chef d'ordre monastique fondé en Normandie. Sa naissance est liée à un homme d'exception, Vital, qui devient chapelain du comte de Mortain puis choisit la vie érémitique avant de se voir confier des terres par Raoul de Fougères, en 1112, pour y fonder un monastère. Il y meurt en 1122. Le développement de l'abbaye est rapide. L'afflux des vocations et la protection des princes, comme Henri II Plantagenêt, précipitent la création de filiales en France et en Angleterre: deux sous Vital, avec Dampierre à Mantilly (Orne) et l'abbaye Blanche à Mortain (Manche), trente sous l'abbatiat de son successeur, Geoffroy. En 1147, Savigny est intégrée à l'ordre cistercien, entraînant avec elle ses trente-cinq filles, majoritairement anglaises. À partir de 1173, la nouvelle église sort de terre, en pierre et plus vaste que la cathédrale de Coutances. Le 1er mai 1243 a lieu la grande fête de la translation des reliques dans le nouvel édifice, une célébration prestigieuse. La guerre de Cent Ans et les guerres de Religion ne l'épargnent pas. À la veille de la Révolution, dix-sept moines vivent encore dans les locaux. Ils en partent définitivement le 15 décembre 1790 avant l'adjudication des bâtiments détruits et vendus pierre à pierre. Cinquante ans suffisent pour ruiner cette immense abbaye qui occupait près de 7000 mètres carrés au sol. Le présent colloque envisage de confronter les travaux menés tant en France qu'en Angleterre et, plus globalement, d'apporter de nouveaux éclairages sur l'ordre savignien.

, actes de colloque , 1 Carte mémoire, Document sonore

La Normandie et l'Angleterre au Moyen Âge

458 AV 1-3 , 2001  

ARGUMENT : La Manche n'a jamais constitué au Moyen Âge un obstacle aux échanges pour les marchands, les hommes d'Église, les artistes, les hommes politiques habitués depuis l'Antiquité à en fréquenter les deux rives. Bien avant 911 la Neustrie a noué des contacts de tous ordres avec l'Angleterre anglo-saxonne. La conquête de Guillaume le Conquérant en 1066 renforce les liens entre la Normandie et l'Angleterre gouvernés par un même principe, à quelques exceptions près, jusqu'en 1204. Après cette date les relations ne s'interrompent pas. Au cours de la guerre de Cent ans les Anglais occupent la Normandie de 1417 à 1450.

Le colloque, dans la tradition d'études menées conjointement par les chercheurs britanniques et français, tentera de faire le point de la recherche actuelle. Sous la présidence de David Bates, professeur d'histoire médiévale à l'Université de Glasgow, docteur honoris causa de l'Université de Caen, il rassemblera treize chercheurs britanniques et treize chercheurs français. Les communications porteront sur les échanges culturels (étude de manuscrits, échanges entre théologiens et universitaires), économiques (rôle de l'Échiquier, le port de Harfleur), politiques et sociaux (influences réciproques sur les systèmes de gouvernement, liens entre les élites au tournant de 1204 et pendant la guerre de Cent ans, révolte paysanne de 1435). La ville de Caen, enjeu de pouvoir durant toute la période médiévale, siège de la cour, de l'Échiquier puis de l'université, retiendra l'attention de plusieurs chercheurs, comme lieu particulièrement révélateur des relations pacifiques ou conflictuelles entre la Normandie et l'Angleterre.

 

, Moyen Âge ; culture ; économie ; politique , actes de colloque , Cassettes analogiques, Document sonore
Fin des résultats