/img/picture-audio.svg
1 média

Le contexte historique

462 AV 1 , 2009  

Jeanne d'Arc apparaît au cours de la seconde phase de la guerre de Cent Ans, alors qu'une bonne partie du royaume de France est occupée par les Anglais. Aux termes du traité de Troyes (1420), le dauphin Charles a été déshérité au profit du roi d'Angleterre, Henri V, avec l'accord  du duc de Bourgogne. À l'âge de 17 ans, Jeanne quitte son Barrois natal et réussit à se faire confier une armée par « le dauphin ». Elle réussit à faire lever le siège d'Orléans (8 mai 1429) et à faire couronner Charles VII à Reims (17 juillet). Puis elle est faite prisonnière par les Bourguignons, qui la livrent aux Anglais. Or le gouvernement anglais d'Henri VI veut absolument obtenir la mort de cette femme, qui a terrorisé ses soldats. Le procès de « la Pucelle » a lieu à Rouen, en 1431. C'était un procès d'Église, mené par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, l'un des négociateurs du traité de Troyes. Jeanne est finalement condamnée à être brûlée comme hérétique. Ce procès était éminemment politique. Il ne peut s'expliquer que par la situation désastreuse du royaume de France, en proie à la guerre civile et à l'occupation étrangère. Vingt-cinq ans plus tard, après le « recouvrement » du royaume, Charles VII veut organiser un nouveau procès, pour laver son honneur (entaché par la condamnation de Jeanne). Ce procès de « Réhabilitation » (1456) se révélera  tout autant politique que le premier. Il s'agira à nouveau d'un procès d'Église, qui prononcera la nullité du premier procès.

, guerre de Cent Ans ; église ; procès ; royauté ; traité de Brétigny (1360) ; traité de Troyes (1420) , Document sonore , 1 Disque compact, Document sonore, 1 plage de son inédit de bonne qualité
Contexte :
De l'hérétique à la sainte : les procès de Jeanne d'Arc revisités

Entretien n° 2

367 AV 2 , 1914-1918  

À l'âge de 18 ans, Monsieur Joyet est incorporé au 129ème régiment d'infanterie du Havre et nommé soldat 1ère classe. Le régiment rejoint le 24ème régiment d'infanterie de Bernay le 12 octobre 1916 puis il est affecté pour quelques mois au bataillon de marches à la 5ème compagnie. Le témoin évoque l'hiver 1917, extrêmement difficile avec le froid et la neige. À cause des températures, l'approvisionnement en pain, pomme de terre, vin, arrive gelé. Considérations sur l'échec de l'offensive du 16 avril 1917, description de l'uniforme du fantassin. Monsieur Joyet raconte le front et son accès difficile lorsqu'ils sont restés en zone de feu pour évacuer les blessés ou les morts. Pendant cette guerre, certains catholiques et croyants se confessent et communient avant de remonter en ligne mais face à la mort, la peur est toujours présente.

, guerre 1914-1918 ; armée ; militaire ; uniforme ; ravitaillement ; artillerie ; armement militaire ; occupation ; tranchée ; soldat français ; soldat allemand ; soldat américain ; prisonnier de guerre ; victime de guerre ; calvados (alcool) ; R.I (Régiment d'infanterie) ; R.A.L (Régiment d'artillerie lourde) , témoignage , 1 Cassette analogique, Document sonore, 18 plages de son inédit de moyenne qualité
Fin des résultats