Mots clés
Résultat de la recherche
Le Mont Saint-Michel, 13 siècles d'histoire
Monument phare du département de la Manche, consacré comme patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, visité par des millions de personnes chaque année, le Mont Saint-Michel compte 13 siècles d'histoire. Retour en vidéo sur ces 1300 ans d'existence...
Un document de la guerre de Cent Ans
A fame, bello et peste libera nos Domine. « De la faim, de la guerre et de la peste, délivre-nous Seigneur » : voilà une prière qui résume à elle seule les XIVe et XVe siècles dans le royaume de France. En 1346, Édouard III, roi d’Angleterre, débarque à Saint-Vaast-la-Hougue, saccage de nombreuses villes dont Saint-Lô et Caen, puis chevauche jusqu’à Crécy où il inflige, le 26 août 1346, une importante défaite à la chevalerie française. À ce contexte diplomatique bien noir vient s’ajouter une épidémie de peste qui, provenant d’Orient, touche Coutances en 1349. Il faut aussi compter avec des bandes de soldats démobilisés qui, se formant en compagnies de routiers, vivent sur le pays.
Le Mont Saint-Michel au XVe siècle
Le Mont Saint-Michel est au Moyen Âge une importante place forte du fait de sa position géographique. N’est-il pas situé au milieu d’une baie qui est recouverte par les marées les plus fortes d’Europe ? À l’époque médiévale, elles isolent le rocher deux fois par jour puisque la sédimentation est alors beaucoup moins importante. Au milieu de cette immense surface, le rocher, haut de quatre-vingts mètres, offre un point d’observation qui commande une baie dégagée de tout obstacle. Un assaillant éventuel ne peut donc pas jouer sur l’effet de surprise alors même qu’il subit les assauts de la mer. Enfin, il se situe sur une frontière, zone de tension entre la Normandie et la Bretagne, puis entre les couronnes de France et d’Angleterre.
890, les Vikings assiègent Saint-Lô
Au IXe siècle, les Normands, profitant de l’affaiblissement du pouvoir carolingien, commencent leurs incursions dans le nord de l’espace franc. Première d’une longue série de raids dans la future Normandie : les Annales regni francorum attestent qu’une flotte scandinave pénètre à l’embouchure de la Seine en 820. C’est le raid de 889-890 qui est cependant le plus désastreux pour notre région. Á l’automne 889, les Vikings abandonnent le siège de Paris pour se tourner vers le Cotentin qu’ils gagnent par la mer pour les uns et par la terre pour les autres. Le périple se termine aux pieds du castrum de Saint-Lô.
Charles V et la guerre de Cent Ans dans la Manche
En 1374, le roi de France, Charles V, confie à l’amiral Jean de Vienne la mission de reprendre le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte, occupé par les Anglais. Après un siège de plusieurs mois, l’occupant accepte une convention de capitulation qui lui attribue une indemnité de 60 000 francs. Cette somme énorme est réunie en quelques semaines, à l’aide d’emprunts et de la levée d’un impôt forcé ; elle peut ainsi leur être versée le jour de leur évacuation, le 3 juillet 1375. Le document ci-dessous, acheté en vente publique à Cherbourg en 2003, se rapporte à cet emprunt dont on notera la rapidité du remboursement.
Ordre de paiement de frais de mission en faveur de Robert Jolivet, abbé du Mont Saint-Michel et conseiller du régent Bedford (Paris, 4 juin 1424)
Didac'doc #40 - Lettre au gouverneur général des finances du roi d’Angleterre et de France fixant l’indemnisation des frais de mission de l’abbé du Mont Saint-Michel, au service du roi d’Angleterre, à 6 livres tournois par jour.
Aveu pour un fief de la seigneurie d'Olonde (Canville-la-Roque, 1425)
Didac'doc #6 - Aveu rendu par Colin Vaultier pour les parcelles de terre qui lui appartiennent dans le neuvième du fief aux "Braes", relevant de la seigneurie d'Olonde possédée par Jean Bourg, écuyer, neuvième de fief dont est receveur Thomas Holley.