26 Fi - Fonds Gustave Bazire ,

Ce fonds renferme un grand nombre de photos sur Cherbourg avec son port et ses marins pêcheurs. Il faut également noter la présence de clichés sur le chargement d'un transbordeur, sur l'hôtel Atlantique et ses émigrants et sur la société régionaliste normande Alfred Rossel.

On y trouve également de beaux paysages du Nord Cotentin. Gustave Bazire a immortalisé les paysages d'avant-guerre de Saint-Vaast-la-Hougue à Portbail en passant par Valognes, Fermanville (la construction du viaduc), Jobourg, Sideville, Urville, etc...

Pour terminer, il ne faut pas oublier les portraits et notamment ceux du père Brumant d'Herqueville ("le vieux pêcheur").

  • Cote :

    26 Fi 1-545 et 150 Num 546-611

  • Présentation du contenu :

    Ce fonds renferme un grand nombre de photos sur Cherbourg avec son port et ses marins pêcheurs. Il faut également noter la présence de clichés sur le chargement d'un transbordeur, sur l'hôtel Atlantique et ses émigrants et sur la société régionaliste normande Alfred Rossel.

    On y trouve également de beaux paysages du Nord Cotentin. Gustave Bazire a immortalisé les paysages d'avant-guerre de Saint-Vaast-la-Hougue à Portbail en passant par Valognes, Fermanville (la construction du viaduc), Jobourg, Sideville, Urville, etc...

    Pour terminer, il ne faut pas oublier les portraits et notamment ceux du père Brumant d'Herqueville ("le vieux pêcheur").

  • Date :

    1910-1940

  • Description physique :

    Importance matérielle : 1271 documents photographiques du dépôt de 2013 (824 plaques de verre ; 45 films nitrate ; 402 tirages photographiques), 318 documents photographiques du dépôt 2017 (279 plaques de verre ; 33 films nitrate ; 6 tirages photographiques) et 114 fichiers issus de la numérisation de tirages photos prêtés par Monsieur Bazire

  • Biographie ou histoire :

    Gustave Léon Bazire est né le 21 avril 1893, à Cherbourg, de Julien Bazire (sellier) et Elisa Leruez (ménagère) son épouse. Il est le huitième enfant d'une fraterie de neuf. A l'âge de 16 ans, il devient apprenti du photographe cherbourgeois Henri Mas. Les deux hommes deviennent beau-frères à la veille de la grande guerre ; Henri Mas épousant Julienne Bazire, la soeur de Gustave, le 28 juillet 1914.

    Appartenant à une classe mobilisée pour rejoindre le front, Gustave est ajourné pour faiblesse jusqu'au 19 décembre 1914. Pratiquant la photographie, il est affecté, en février 1915, à l'aviation militaire, dans un service de photographies aériennes. Il est réformé à deux reprises pour raison de santé en 1916 et en 1918. En septembre 1918, il est envoyé pour 11 mois, dans un groupe d'aviation au Maroc. L'année suivante, il est nommé caporal puis sergent.

    Au lendemain de la guerre, de retour à Cherbourg, il épouse le 20 décembre 1919 Louise Lelong. De cette union, naît leur fils unique, Jacques, le 31 juillet 1920.

    Le 15 décembre 1925, Gustave et sa soeur Julienne rachète ensemble le commerce de photographie de feu Henri Mas et constituent, quinze jours plus tard, la "société Bazire et Veuve Mas". Henri Mas est décédé huit ans plus tôt, le 22 janvier 1917, d'une "maladie aggravée en service".

    Gustave Bazire participe à de nombreux salons et concours de photos en France et à l'étranger. Ces tirages sont notamment exposés au concours international de la photographie à Bruxelles (1924) ou au salon international d'art photographique de Béthune en 1927. Ces travaux sont à plusieurs reprises récompensés par des prix.

    Gustave Bazire va se lier d'amitié avec un autre photographe et artiste-peintre cherbourgeois, Lucien Goubert. Les deux hommes sont voisins : Lucien Goubert habite au n° 42 de la rue Tour Carrée et Gustave Bazire loge au n° 24 et a sa boutique au n° 22. Ils fréquentent les mêmes endroits, cotoient les mêmes personnes et surtout travaillent côte à côte, comme en témoignent leurs clichés. Ils font tous deux partie de la Société régionaliste Alfred Rossel. Ils montrent dans leurs clichés un grand intérêt pour les paysages, les métiers, les coutumes et les gens du Cotentin.

    Gustave Bazire décéde prématurément rue de l'Abbaye, le 1er octobre 1941, victime d'un bombardement anglais sur Cherbourg.

  • Conditions d'accès :

    Originaux non communicables

    NC numérisé [substitution:150NUM]

  • Producteur : Archives départementales de la Manche
  • Modalités d'entrées :

    Dépôt de Monsieur Marc Bazire, du 18 novembre 2013 (26 Fi 1 à 428)

    Dépôt de Monsieur Marc Bazire, du 12 juillet 2017 (26 Fi 429 à 545). Dans ce dépôt, beaucoup de plaques de verre ont été partiellement voire totalement détruites à cause d'un dégât dans la cave où elles étaient entreposées.

  • Mode de classement :

    Répertoire méthodique

    I- Les documents conservés aux archives départementales

    1- Les communes de la Manche (classées par ordre alphabétique)

    2- Hors Manche (les clichés pris hors du département de la Manche)

    3- Thématiques

    3-1 : Les paysages (difficilement localisables)

    3-2 : Les scènes de vie

    3-3 : Les portraits

    3-4 : La société régionaliste normande Alfred Rossel

    3-5 : Les relations avec Lucien Goubert et sa famille

    3-6 : Divers

    4- Les photographies collectées par Gustave Bazire

    II- Les documents conservés par la famille Bazire

    1- Les communes de la Manche (classées par ordre alphabétique)

    2- Hors Manche (les clichés pris hors du département de la Manche)

    3- Thématiques

    3-1 : Les paysages (difficilement localisables)

    3-2 : Les scènes de vie

    3-3 : Les portraits

    3-4 : Les relations avec Lucien Goubert et sa famille

    Rangement par types de supports photographiques (plaques de verre, films nitrate, tirages papier) et par format pour optimiser le conditionnement et la conservation des documents.

  • Conditions d'utilisations :

    TOUTE DEMANDE DE REPRODUCTION EST SOUMISE A L'AUTORISATION DU PROPRIETAIRE.

    Les droits de reproduction sont à négocier avec les détenteurs, à savoir la famille Bazire.

  • Notes :

    Relecture : Julie Laplanche, attachée de conservation du patrimoine et Jean-Baptiste Auzel, directeur des archives départementales

  • Mots-clés