“Dans un ciel apocalyptique, les mains menottées, la silhouette de Jeanne d’Arc s’élève au-dessus d’une ville en proie aux flammes, dévastée, comme au bûcher” Léo, 4 juin 1944
Le 25/03/2019 à 11h32 par Archives Manche
Résumé

Les archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche, répondent à Léo, un adolescent de 14 ans, qui témoigne sur Facebook des événements de l'année 1944, à Cherbourg et à Saint-Lô.

 

Les opérations aériennes des Alliés sur sol français servent la propagande de Vichy qui cherche à réveiller des sentiments anglophobes parmi la population.

Les thématiques anti-anglaises

Pour susciter un mouvement d’opinion hostile aux Anglo-saxons, le régime n’hésite pas à utiliser les références historiques : Jeanne d’Arc, célèbre pour sa résistance face à l’Angleterre au XVe siècle ou Napoléon Ier. Les affiches de propagande rappellent également les opérations militaires des Alliés sur des territoires sous le contrôle de Vichy : Mers el Kébir, Dakar, la Syrie, le débarquement en Afrique du Nord ou la libération de la Corse.

 

Affiches de propagande du régime de Vichy (Archives de la Manche, 203 Fi)

 

La presse véhicule aussi ce discours. Dès octobre 1940, suite à un raid sur Cherbourg, Le Messager de la Manche affirme que « rien n’est plus dangereux que d’être l’allié de l’Angleterre ». Le 26 juillet 1941, Le Réveil de la Manche dénonce les « aviateurs britan­niques qui sèment la mort dans la Manche ».

 

En réalité, la population manchoise est partagée concernant ces bombardements et ces mitraillages alliés. Elle les comprend lorsque des installations allemandes sont touchées mais désapprouve les victimes civiles. En ce printemps 1944, le préfet peut ainsi noter dans ses rapports que « l’intensification brutale de la guerre aérienne sur le Cotentin à partir d’avril a provoqué l’indignation et la stupeur dans la population ».

L’aide aux aviateurs alliés

Pourtant, il existe plusieurs exemples d’hommages rendus par des Manchois à des aviateurs alliés décédés après que leurs appareils aient été touchés par la DCA allemande. Ainsi, à Airel en juin 1943, à Blainville-sur-Mer, à l’automne 1943, les habitants n’hésitent pas à braver les interdictions allemandes et à organiser les obsèques de Canadiens, de britanniques ou d’Américains.

 

La résistance, quant à elle, camoufle et organise les évasions de plusieurs militaires alliés. A Granville, le groupe Marland camoufle un soldat écossais durant toute l’occupation. En avril 1944, l’aviateur américain, Rayston Covington, tombé le 8 février au Theil, est « évacué » sur Paris par la résistance saint-loise.

 

Jérémie Halais & Nicolas Bourdet

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte