“Un autocar avait été mitraillé la veille entre Cherbourg et Saint-Lô” Léo, 28 mars 1944
Le 11/02/2019 à 17h08 par Archives Manche
Résumé

Les archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche, répondent à Léo, un adolescent de 14 ans, qui témoigne sur Facebook des événements de l'année 1944, à Cherbourg et à Saint-Lô.

 

Un mitraillage a effectivement lieu le lundi 27 mars 1944. L’autocar reliant Saint-Lô et Cherbourg et deux camionnettes sont attaqués. Le bilan final est lourd plusieurs passagers meurent sur le coup alors que d'autres sont blessés.

 

Un chasseur américain, détail d'une affiche alliée (collection particulière)

 

Le bilan du 28 mars

L’Ouest-Éclair du 28 mars rend compte de l’événement dans un article au titre évocateur et destiné à semer le doute dans la population : "L’aviation anglaise mitraille". En voici un extrait : "Hier après-midi, des appareils britanniques qui survolaient la région ont mitraillé plusieurs véhicules civils. Un car a été atteint de plusieurs rafales de mitrailleuses. On compte 4 morts. [...] Il y a de plus 7 blessés. Sur un autre point, une camionnette chargée de mobilier de réfugiés a également été attaquée et on déplore de nouvelles victimes. Enfin une troisième camionnette a été l’objet d’une 3e attaque. Le gendarme maritime René Isabeth a été tué, ainsi que l’instituteur de Virandeville et sa femme, M. et Mme Antoinette. Le bilan de cette sombre journée s’établit donc à 8 morts et 9 blessés." Le bilan s’alourdit encore puisque Mme Girard, mère de 5 enfants à Graignes, qui a été horriblement blessée à la jambe droite, et amputée, décède le mercredi à l’hôpital de Saint-Lô (Le Messager de la Manche, 31 mars 1944).

 

Le Messager de la Manche, 31 mars 1944 (Archives de la Manche)

 

Il faut savoir que le dimanche précédent, le 26 mars, un bombardement touchait Montebourg. Vers 15 heures, un bombardement allié visait la gare, centre d’exploitation de l’organisation Todt. Si la gare est indemne, la voie du chemin de fer a été arrachée sur plusieurs centaines de mètres et les dégâts matériels sont importants. Entre les gares de Couville et de Martinvast, la voie a été coupée. Le chauffeur du train 3237 a été blessé. On dénombre, par ailleurs, 3 morts et 9 blessés parmi la population civile.

 

Interdiction d'aider les Alliés

Quant à l’affiche que Léo découvre, prévenant des comportements à adopter au cours d’un éventuel débarquement, elle a été accolée sur ordre des Allemands.

 

Placard allemand (Archives de la Manche, 303 fi 3)

 

Le Préfet a envoyé à cette période aux sous-préfets une circulaire les informant que "les autorités allemandes font procéder actuellement, dans toutes les communes, à la pose d’affiches bilingues relatives à l’interdiction d’aider les personnes appartenant aux forces armées ennemies et à l’obligation de déclarer les découvertes de matériels, parachutes...". Le préfet précise : "Il y aura lieu de prendre immédiatement toutes les dispositions utiles pour faire surveiller le collage des affiches et empêcher toutes dégradations."

 

Nicolas Bourdet & Jérémie Halais

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte