“Oui, ça avait la couleur du café, mais…” Léo, 5 mars 1944
Le 11/02/2019 à 11h28 par Archives Manche
Résumé

Les archives départementales, Maison de l'histoire de la Manche, répondent à Léo, un adolescent de 14 ans, qui témoigne sur Facebook des événements de l'année 1944, à Cherbourg et à Saint-Lô.

 

Les restrictions obligent les ménagères à appliquer de vieilles recettes pour compenser la pénurie de certains produits. Les années noires sont aussi synonymes de système D !

 

Du savon à la feuille de lierre

On fabrique ainsi du café avec de l’orge grillée ou bien encore du savon à la feuille de lierre. Pour ce dernier produit, la recette est la suivante : "Faire bouillir, pendant 2 heures, 20 feuilles de lierre dans 7 litres d’eau, retirer le lierre, ajouter 350 gr de savon ordinaire, un litre de cristaux de soude et 3 cuillerées de talc, porter à ébullition, verser dans un moule, laisser refroidir, démouler et laisser sécher."

 

La récupération

Le recyclage est une autre méthode pour compenser les manques. Ainsi, les pouvoirs publics lancent-ils des campagnes de ramassage des vieux papiers, des vieilles étoffes, des vieux cuirs, des vieux métaux ou des déchets. Entre novembre 1940 et avril 1941, la récupération des vieux papiers atteint une moyenne départementale mensuelle de 40 tonnes. De la fin de 1942 au début de 1943, les 55 000 élèves de tous les établissements d’enseignement de la Manche en récupèrent 62 tonnes.

 

En août 1941, la préfecture de la Manche ordonne la récupération des métaux non ferreux : le cuivre, le nickel, le plomb et l’étain. À Notre-Dame-de-Cenilly, le curé livre candélabres, lustres de la nef, lampes du chœur et des chapelles, chandeliers, clochettes, croix de procession, soit un ensemble de 96 kilos de cuivre. Des élus et des habitants s’insurgent en particulier contre la réquisition de certaines statues. C’est le cas à Coutances lorsqu’il s’agit d’enlever la statue de l’amiral Tourville. À Saint-Lô, la laitière normande et le buste de Léonor Havin sont enlevés en mars 1942.

 

Fondue en mars 1942, La Laitière normande est une œuvre en bronze réalisée par Arthur Le Duc en 1887 (Archives de la Manche, 5 Fi 79)

 

La première campagne de récupération des métaux non ferreux n’ayant pas donné de résultats satisfaisants, le gouvernement en décide une seconde au printemps 1944 sous le prétexte de se procurer du cuivre pour les soins à donner aux vignobles. En réalité, tout le monde se rend bien compte que ces collectes sont destinées à nourrir l’effort de guerre allemand. Rien d’étonnant donc à ce qu’elles soient un échec.

 

Jérémie Halais & Nicolas Bourdet

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte