Les chefs de la Libération
Le 06/06/2017 à 09h34 par Archives Manche
Résumé

Eisenhower, Churchill, Patton, Montgomery… vous associez certainement ces noms à la Libération mais connaissez-vous leur rôle lors du Débarquement ? Les Archives de la Manche, vous proposent un rapide retour sur quelques-uns des grands chefs alliés du Jour le plus long.

 

Dwight D. Eisenhower, général (1890-1969)

Commandant suprême des forces alliées, le général Eisenhower est à la tête du plan Overlord dont l’objectif est de reprendre pied sur le continent européen. En décembre 1943, sur les conseils du général Montgomery, il modifie le plan initial en élargissant la zone d’invasion jusqu’au Cotentin. Eisenhower veut libérer la Manche et ainsi disposer rapidement de Cherbourg et de son port en eaux profondes. Le 5 juin, alors que mauvais temps à retarder pour 24 heures le Débarquement, il décide de lancer l’opération pour le lendemain, le 6 juin 1944. « Ok, on y va ! » lance-t-il à son état-major avant de rédiger un bref communiqué dans l’éventualité d’un échec.

 

 

Winston Churchill (1874-1965)

« We never surrender » Ces mots le premier ministre anglais, Winston Churchill, les a prononcés en juin 1940 alors que son pays restait le seul rempart face à l’Allemagne hitlérienne. C’est aussi dès cette période qu’il charge ses généraux de réfléchir aux problèmes que poserait un éventuel débarquement en Europe. On lui doit notamment l’idée des ports artificiels qui seront construits en Grande-Bretagne et installés à Saint-Laurent-sur-Mer et à Arromanches.

 

 

Bernard Law Montgomery, général (1887-1976)

Commandant des forces terrestres devant prendre part à l’opération Overlord, le général Montgomery est très vite convaincu que le plan initial du Débarquement n’est pas assez ambitieux. Il convainc Eisenhower d’engager 5 divisions au lieu de 3 et d’élargir la zone de débarquement au Cotentin.

 

Omar Bradley, général (1893-1981)

En juin 1944, le général Bradley est à la tête de la 1re armée américaine qui doit débarquer en Normandie. Il dirige ainsi les débarquements à Omaha et à Utah puis doit faire face à la difficile progression dans le Cotentin ainsi qu’aux environs de Saint-Lô. Durant cette « bataille des haies », il conçoit et met en œuvre l’opération Cobra qui provoque la rupture du front allemand et la percée vers Avranches.

 

Georges Patton, général (1885-1945)

Avant l’invasion, le général Patton est placé à la tête de l’armée fictive dont le rôle est de désinformer, dans le cadre de l’opération Fortitude, les Allemands quant au lieu du Débarquement. Arrivé le 27 juillet 1944 en Normandie, il prend la tête du 8e corps d’armée américain qui effectue la percée d’Avranches et ouvre ainsi la Libération de l’Ouest de la France.

 

Bertram Ramsay, amiral (1883-1945)

Commandant en chef des forces navales d’invasion, l’amiral Ramsay prépare l’opération Neptune c’est-à-dire la phase d’assaut d’Overlord qui comprend la traversée de la Manche par plus de 5 000 navires sur lesquels embarqueront près de 50 000 hommes, les bombardements aériens et navals des côtes, le débarquement et le ravitaillement des têtes de pont.

 

Charles De Gaulle, général (1890-1970)

Prévenu le 5 juin du Débarquement, le chef de la France libre, le général De Gaulle, obtient de prononcer à la BBC, le soir du 6 juin, son discours resté célèbre : « La bataille suprême est engagée… »

 

Philippe de Hauteclocque dit Leclerc, général (1902-1947)

Fait prisonnier en juin 1940, le capitaine de Hauteclocque s'évade et rejoint les forces de la France libre où il prend son pseudonyme : Leclerc. De Gaulle lui confie la mission de rallier le Cameroun puis le Tchad. A Koufra, il fait le serment de combattre jusqu'à la libération de Strasbourg. Nommé général, il débarque à la tête de la 2e division blindée le 1er août 1944 à Utah Beach.

 

 

Théodore Roosevelt, brigadier général (1887-1944)

Fils du président Théodore Roosevelt (1901-1909) et cousin de Franklin Delano Roosevelt, le général Roosevelt est un ancien combattant de la Grande Guerre. Commandant en second de la 4e division d'infanterie américaine, il débarque le 6 juin 1944 sur Utah Beach malgré un problème d'arthrite. Durant la bataille des haies, il décède le 12 juillet 1944 d'une crise cardiaque.

 

Raymond Barton, général (1889-1963)

Le major général Barton commande la 4e division d'infanterie américaine qui débarque à Utah Beach le 6 juin puis libère Cherbourg, le 26 juin. En août 1944, il fait partie de la délégation alliée qui reçoit la reddition allemande à la gare Montparnasse.

 

Jérémie Halais

 

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte